« Le mystère des jardins perdus » d’Anthony Eglin

Jamie, une jeune californienne, vient d’hériter d’un manoir du dix-huitième siècle dans le Somerset. Ce qui est incroyable, c’est qu’elle ne connaît pas le major Ryder, l’homme qui lui légué sa fortune.

Le manoir, et surtout ses vastes jardins qui faisaient jadis partie des plus beaux d’Angleterre, sont dans un état lamentable -ils ressemblent à une véritable jungle- mais Jamie décide de quitter les États-Unis pour venir s’installer dans sa nouvelle demeure. Elle embauche Lawrence Kingston, un professeur de botanique, et se lance avec lui dans un projet extrêmement ambitieux de remise en état des jardins.

La découverte d’un squelette dans le puits de la chapelle et les divers « incidents » qui s’en suivent transforment ce projet d’envergure en enquête policière. Kingston, expert en horticulture, devient petit à petit un véritable détective, aussi curieux que déterminé. Qui est donc le major Ryder dont Jamie a hérité ? Comment a t-il construit sa fortune ? A qui appartient le squelette retrouvé dans le puits ? Autant de questions auxquelles Kingston va s’efforcer de répondre.

Voilà un petit roman sans prétentions dans lequel je me suis laissée entrainer avec joie même si, c’est certain, je l’oublierai bien vite. Mais c’est aussi ça le lecture : passer de bons moments à s’évader même si c’est éphémère et sans suite. Je ne suis pas une grande fan de polars. Mon avis ne rejoindra donc peut être pas celui des spécialistes… D’ailleurs, s’il y en a parmi mes lecteurs, qu’ils n’hésitent pas à laisser un commentaire !

Les amateurs de jardins se régaleront sans doute à la lecture de ce roman. Ils pourront suivre avec moult détails l’avancée  des travaux de restauration, les recherches dans les archives pour savoir à quoi ressemblaient les jardins au temps de leur splendeur, le projet de création de la roseraie et du vignoble, le travail d’équipe de tout le personnel, etc. L’auteur est un fin connaisseur du sujet, ça se sent !

Personnellement, ce n’est pas ce qui m’a le plus intéressée dans Le mystère des jardins perdus. J’ai été plus sensible à la personnalité de Kingston, à sa relation avec Jamie et surtout à tout ce mystère qui plane autour du manoir et de son ancien propriétaire. Plus je réfléchis, et plus je m’aperçois que le mystère et le secret sont des thèmes que j’affectionne particulièrement en littérature.

Merci à Blog-o-Book et au Livre de poche pour cet envoi.

D’autres avis par ici.

EGLIN, Anthony, Le mystère des jardins perdus, Le livre de poche, 2008.

8 réflexions sur « « Le mystère des jardins perdus » d’Anthony Eglin »

  1. Merci beaucoup Saxaoul d’avoir participé. Nous sommes contentes que cette lecture, dans l’ensemble t’ai plu…
    Nous n’hésiterons pas à te recontacter pour une nouvelle opération de ce genre…
    Bonne journée et encore merci

  2. @Aifelle : à toi de voir !
    @Kesalul : j’ai même pas eu le temps d’envoyer un mail pour dire que mon billet était en ligne que tu l’as déjà repéré! @Leiloona : c’est effectivement mystérieux. L’ambiance ressemble un peu à celle des romans d’Agatha Christie.

  3. Je l’ai lu, et j’avoue avoir bien aimé cette ambiance british, loin des trhiller à grands succès qui se terminent par d’interminables courses poursuites ! Non, là, j’avais l’impression de trouver un côté Agatha Christie, avec un brin de lenteur délicatement anglaise !

  4. Je l’ai noté sur plusieurs blogs aujourd’hui (parce que bon, c’est aujourd’hui que je fais la tournée!) et il me tente bien, pour passer un bon moment… j’ai ajouté la premier tome à ma fameuse et interminable wish list!

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :