Le petit chaperon rouge revisité

Les contes populaires  et autres récits intemporels sont souvent l’objet de parodies, adaptations ou transgressions. Jean-Claude Grimberg, lui, a détourné Le petit chaperon rouge pour en faire une pièce de théâtre surprenante : le loup, prénommé Wolf, est déguisé en caporal et « parle français avec accent loup » et le petit chaperon rouge est une petite fille Uf. Quand Wolf lui demande ses papiers, le petit chaperon ne sait même pas qu’elle est Uf. Petit à petit, elle découvre des lois qui lui interdisent tout. Ainsi, elle doit « échanger » son capuchon rouge contre un jaune car le jaune est la couleur des Uf. Le plus absurde, c’est que ces lois semblent inventées au fur et à mesure par l’officier Wolf. Pour quelles raisons ?

                                          

Vous l’aurez compris Le petit chaperon Uf traite de l’antisémitisme et des lois anti-juives pendant la Seconde Guerre mondiale. Si le thème est sérieux, l’auteur a su l’aborder avec beaucoup d’humour et de finesse. Je pense que cette pièce de théâtre est un bon moyen pour parler d’un sujet grave avec de jeunes enfants (à partir de 7-8 ans). J’aimerais beaucoup voir l’adaptation sur scène !

Un extrait de l’introduction de Jean-Claude Grimberg :

« Connaître l’histoire, les histoires, la vraie Histoire, à quoi cela sert-il ? Sinon à alerter les chaperons d’aujourd’hui, à avertir les enfants que la liberté de traverser les bois pour porter à sa grand-mère un pot de beurre et une galette n’est jamais définitivement acquise… Hier ce furent les enfants Ufs et Oufs, ainsi que leurs parents et grands-parents, qui durent fuir, se cacher changer de noms et de papiers afin d’échapper aux griffes du loup. […] . Demain, si l’on n’y prend garde, les loups s’attaqueront peut-être aux enfants Ifs ou Gnoufs, les loups eux seront toujours les loups et vous savez comme ils savent dissimuler leur bave et leurs grandes dents sous de belles et trompeuses paroles avant de se mettre à hurler et à mordre. »

Grumberg, Jean-Claude, Le petit chaperon Uf, Actes Sud, 2005.

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :