Le renieur

©Romaric Cazaux

Depuis plus de 30 ans, mes parents passent leurs étés au même endroit. Juste avant le 14 juillet, ils chargent la caravane et prennent la route direction le GCU de Vias, dans l’Hérault. Ils ont leurs petites habitudes et sont connus de tous là-bas. Ils ont été une fois ou deux sur la côte Atlantique ou en montagne mais c’était toujours moins bien qu’à Vias.

Avec mon frère, à peine arrivés, on retrouvait les copains -chaque année les mêmes-, on enfilait notre maillot de bain et on plongeait dans la Méditerranée. Ce camping était pour nous l’endroit rêvé. Comme il était réservé aux enseignants et qu’il y avait un esprit de camaraderie entre les campeurs, nos parents pensaient, à tort, qu’il ne pouvait rien nous arriver et que si nous faisions des bêtises, ils le sauraient tout de suite. S’ils savaient que c’est là-bas que j’ai pris mes premières cuites, fumé mes premiers joints et couché avec mon premier mec…

C’est à Vias que mon frère et moi avons nos plus beaux souvenirs d’enfance et d’adolescence. A chaque rentrée scolaire, nos copains enviaient notre bronzage. Ils étaient partis, dans le meilleur des cas, une semaine au soleil quand mon frère et mois avions passé plus d’un mois sur la plage. Avoir des parents instits, ça a des avantages !

Les années ont passé, nous avons grandi puis, fait notre vie de notre côté. Terminé les vacances avec les parents. Mais cela ne les empêchent pas de retourner toujours au même endroit !

Cette année, nouveauté, mes parents partiront avec leur petit fils. Pour eux, c’est un vrai plaisir de lui faire découvrir les joies de la mer. Ce que j’ai un peu de mal à accepter, pour ma part, c’est que mon cher frère estime qu’ils peuvent bien faire ça car il sont fonctionnaires. Lui, il a un vrai boulot et n’a pas le temps de prendre des vacances cet été.

C’était ma participation à l’atelier d’écriture de Leiloona.

16 pensées sur “Le renieur”

  1. Il ya beaucoup de gens qui vont tous les ans au même endroit et c’est un
    truc qui m’a toujours étonné. Moi, en vacances, j’aime bien découvrir de
    nouveaux endroits et quand, c’est possible, me dépayser.

  2. De mon côté, nous avions aussi de longues vacances mais mes parents faisaient de la voile alors je n’ai jamais connu ces retrouvailles tous les étés puisqu’on changeaient tout le temps et ça me faisait vraiment envie! Et la pique du frère est vraiment quelque chose qui pique J’aime bien ton texte emprunt de nostalgie joyeuse.

  3. Les vacances au même endroit qui rassurent les parents et permettent aux ados de faire plus de conneries encore (comme on connait les lieus, les gens, on a ses habitudes on trouve vite les coins à bêtise !)… Oui, j’ai bien connu ! c’est très bien raconté. merci !

  4. J’aime bien quand tu reviens sur les premières expériences à l’adolescence… c’est ça aussi les vacances ! Nous ne partions jamais à la mer perso, mais elle a toujours été très près de chez moi (veinarde je suis). Bon et puis le frère, no comment.

  5. J’aurais quasiment pu écrire ce billet, tellement il colle à mes propres souvenirs de jeunesse, à la différence que le chalet d’été était au bord d’un lac, mais tous le reste, les folies, le bronzage, les parents insouciants et le bonheur associé à cette période de mon enfance est encore très présent. Mon frère, par contre, est plus gentil.

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :