Le saut oblique de la truite – Jérôme Magnier-Moreno

Quel bonheur d’ouvrir sa boîte aux lettres en rentrant du travail et de découvrir, non pas une facture, mais cette magnifique enveloppe avec un livre à la première de couverture attrayante à l’intérieur.

Je n’ai pas attendu très longtemps avant de me plonger dans ce court récit d’une échappée en solitaire le long du GR 20, le célèbre chemin de randonnée Corse. Ceux qui me lisent régulièrement savent à quel point j’aime enfiler mes chaussures de rando dès que j’en ai la possibilité. Le narrateur, alors étudiant en architecture, quitte Paris pour Bastia. Un fois sur place, il prend un train pour Francardu, un village paumé situé au bord de la rivière Golu. C’est là qu’il doit rejoindre son ami Olivier. Les deux hommes doivent passer trois jours à assouvir leur passion commune pour la pêche.

Rien ne se passe comme prévu puisque Olivier n’est pas au rendez-vous. Qu’importe, le narrateur décide de partir seul en pleine nature. Libre, il observe ce qui l’entoure et taquine la truite. L’histoire ne dit pas si il est mauvais pêcheur ou si il n’a pas de chance… Toujours est-il qu’il repart bredouille et malade.

Cette escapade m’a bien plu tout comme son aspect introspectif et initiatique. Mais soyons clair, il ne se passe pas grand chose durant ces 91 pages et Le Saut oblique de la truite ne plaira pas à tout le monde. D’autant plus que certains passages à caractère trivial aurait pu nous être épargnés. Cela n’en reste pas moins un texte assez agréable à lire.

MAGNIER-MORENO, Jérôme, La saut oblique de la truite, Phébus, 2017.

12 pensées sur “Le saut oblique de la truite – Jérôme Magnier-Moreno”

    1. Oui, c’est vrai que les avis sont très contrastés. Personnellement, je ne prenais pas trop de risques car j’adore ce type de récit.

    1. Après, en y réfléchissant, ces passages ont un sens quand même. Le narrateur est jeune et cette excursion est formatrice pour lui je pense.

La parole est à vous !