Le singe de Hartlepool – Lupano et Moreau

1814. Au large des côtes anglaises, un navire de l’armée napoléonienne est balayé par la tempête et fait naufrage dans le petit village de Hartlepool. Les relations entre la France et l’Angleterre n’étant pas du tout au beau fixe, les anglais -qui n’ont jamais vu un français de leur vie- sont contents d’avoir éliminé quelques ennemis sans efforts. Ils retrouvent un survivant qui n’est autre qu’un singe, mascotte du navire vêtu de l’uniforme tricolore. Comme ils n’ont jamais vu de singe non plus, ils organisent un procès, persuadés qu’ils vont pouvoir le faire parler et découvrir le plan d’invasion de l’ennemi. Ainsi, le village d’Hartlepool deviendra célèbre pour avoir sauvé le royaume d’Angleterre.

C’est un vrai plaisir de retrouver Wilfrid Lupano au scénario. Je ne connais pas encore très bien son œuvre mais je trouve qu’il y a une dimension réflexive intéressante, souvent cachée derrière l’humour. Quant à Jérémie Moreau, son trait est parfaitement adapté à l’ambiance du scénario. Certaines cases sont à mourir de rire mais dans l’ensemble, la tonalité est grave.

Cette BD, inspirée d’une légende dont je n’avais jamais entendu parler, pourrait paraître presque anecdotique, relatant un épisode historique sur le mode tragi-comique. Mais si on prend un peu de recul, l’attitude idiote, arrogante et bestiale des anglais n’est peut-être pas si éloignée que cela de nos comportements actuels vis à vis des étrangers. Le singe de Hartlepool, où l’art de parler efficacement du racisme sans en avoir l’air.

LUPANO, Wilfrid, MOREAU, Jérémie, Le singe de Hartlepool, Delcourt, 2014.

   La BD de la semaine, c’est chez Stephie aujourd’hui.

20 réflexions sur « Le singe de Hartlepool – Lupano et Moreau »

  1. Ça fait froid dans le dos cette histoire mais le sujet est très bien mené. On arrive à la fois à avoir du recul pendant la lecture tout en étant au cœur de l’intrigue. J’ai vraiment apprécié ce titre

  2. J’avais déjà vu passer cette bd (chez Noukette et/ou Jérôme probablement !) et je l’avais notée, mais j’en note tellement que je finis par oublier !! Je re-note, donc !! (il va falloir que je m’organise un jour…) 😉

La parole est à vous !