Le vieil homme et la mer – Thierry murat, d’après le roman d’Ernest Hemingway

Est-il nécessaire de présenter Le vieil homme et la mer, célèbre roman -ou nouvelle diront certains- d’Ernest Hemingway ? Cette oeuvre est tellement connue que même ceux qui ne l’ont pas lue savent de quoi il est question. L’adaptation en bande dessinée de Thierry Murat me semble assez fidèle au texte d’origine mais je dois avouer que je l’ai lu il y a tellement longtemps que mes souvenirs sont imprécis.

Santiago est un vieux cubain maigre et sec qui pêche pour survivre. Cela fait des jours et des jours qu’il n’a pas pris un seul poisson, à tel point que les parents du petit garçon qui travaillait avec lui l’ont fait embaucher sur un équipage plus grand et surtout, qui rapporte mieux.

Un jour, alors qu’il est seul en mer sur sa petite barque, Santiago ferre un poisson. Depuis l’aube, il pressentait que quelque chose allait se passer. Pendant plusieurs jours et plusieurs nuits, il lutte jusqu’à l’épuisement pour arracher la vie à celui dont la geule est accrochée à l’hameçon. Si dans un premier temps, Santiago semble sortir victorieux du combat, des prédateurs auxquels il n’avait pas pensé rendent sa lutte complètement vaine.

Thierry Murat, grâce à des dessins sobres et épurés aux tons tons ocres ou bleus, restitue bien le rythme lent, la solitude de Santiago, le calme et l’immensité de la mer, la lumière du jour et la noirceur de la nuit ainsi que l’acharnement dans la lutte. La sobriété des dessins laisse une grande place au texte et à son interprétation.

L’épilogue donne d’ailleurs la clé du récit d’Hemingway : Le vieil homme et la mer n’est pas un histoire mais la vie elle-même. Quant à Santiago, c’est vous, c’est moi, c’est l’être humain en général, incroyablement seul et luttant au quotidien. Une oeuvre intemporelle donc que Thierry Murat a su faire vivre ou revivre avec brio en mettant en adéquation le fond et la forme de manière remarquable.

MURAT, Thierry, Le vieil homme et la mer, Futuropolis, 2014.

8 pensées sur “Le vieil homme et la mer – Thierry murat, d’après le roman d’Ernest Hemingway”

  1. Bonsoir.
    Très bon livre que j’ai depuis fort longtemps et lu avec passion.
    J’ai d’ailleurs tous ces ouvrages, en parlant, bien-sûr, d’Ernest Hemingway, le noceur du  »Ritz » lorsqu’il était de passage à Paris (avec ses double whisky et Gin, comme à Cuba pour la pêche de l’Espadon ou à Pampelune (Pamplona..), en Espagne pour les corridas et Larazoania un peu plus au nord ou il se rendait pour la chasse de la bécasse. J’aime beaucoup Joseph Kessel, Albert Camus, pour  »La Peste » et  »L’Etranger », toujours d’actualité…Il y a aussi Proust pour à la recherche du temps perdu, et..tant d’autres…
    Bonne fin de journée..Denis.

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :