L’enfant des marges – Franck Pavloff

Première lecture de la rentrée littéraire et premier coup de coeur ! J’ai dévoré ce livre, je n’avais pas envie qu’il se termine, je ne voulais pas le refermer…

Ioan est un ancien photographe qui vit seul dans un mas des Cévennes. Après la mort accidentelle de son fils, il a décidé de ranger son appareil photo pour passer ses journées à réparer les murets en pierre qui s’écroulent sans cesse autour de chez lui. Se couper du monde pour ne pas avoir à l’affronter. Travailler avec ses mains pour ne pas avoir à penser. Oublier.

Le seul ami de Ioan, le seul avec qui il discute de temps en temps, c’est Justin, un vieil homme du pays. Leurs discussions ressemblent d’ailleurs plus à un monologue qu’à un échange. Ioan n’est pas prêt à entendre les autres. Pourtant, une phrase prononcée par son ami le touche profondément :  « maintenant que tu connais la fissure, elle ne te laissera plus en paix« .

Cette fissure, c’est la mère de Valentin, son petit-fils aujourd’hui adolescent, qui la provoque. Ioan n’avait plus de nouvelles d’elle depuis longtemps mais aujourd’hui elle l’appelle au secours. Valentin a disparu à Barcelone et ne donne plus de nouvelles depuis plusieurs mois.

Sans réfléchir, Ioan se retrouve au volant de sa voiture, direction Barcelone. Il pense faire un aller-retour pour ramener en France ce petit garçon qu’il portait sur ses épaules il y a quelques années, avant que le drame ne vienne fracasser sa vie. Finalement, il erre dans la capitale catalane, rencontre squatteurs et autres artistes ou marginaux. Il doit surtout faire face à un passé qu’il a volontairement enfoui et qui ressurgit à un moment où il ne s’y attendait pas. 

Parti pour rechercher son petit-fils, Ioan se retrouve donc confronté à son histoire familiale et au passé trouble de la guerre civile espagnole.

L’enfant des marges est une pépite dans laquelle le lecteur découvre par petites touches l’intimité d’un homme solitaire, mystérieux et refermé sur lui-même qui s’ouvre peu à peu aux autres. Ce récit initiatique regorge de personnages secondaires atypiques tous plus intéressants les uns que les autres qui aident Ioan dans sa quête de lui-même. Et puis, il y a aussi Barcelone, cette ville hors normes dont le coeur bat au son de ses habitants tout comme le roman vibre au rythme de la vie.

Un grand merci aux éditions Albin Michel pour l’envoi de ce livre.

PAVLOFF, Franck, L’enfant des marges, Albin Michel, 2014.

13 pensées sur “L’enfant des marges – Franck Pavloff”

  1. je te lis en diagonale et je reviens lire tout ça e détail après ma lecture qui ne saurait tarder. Ton enthousiasme m’enchante. J’avais eu envie de le lire après son passage dans Les bonnes feuilles.

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :