Les avenirs – Hafid Aggoune

Depuis l’âge de dix-sept ans, Pierre Argan est interné dans un hôpital psychiatrique sur l’île de Luz. Le 11 septembre 2001, à soixante-seize ans, après plus d’une moitié de siècle passée à se taire et à contempler les mains d’un peintre en train de peindre des tableaux imaginaires dans l’air, il quitte cette île en pleine nuit. Un évènement -qui n’a rien à voir avec ce qui s’est passé aux États-Unis ce jour-là- agit comme un déclencheur et lui donne envie de renaître, de goûter à nouveau la vie.

A l’occasion de sa fuite, Pierre revient sur son passé. Il évoque un séjour de deux ans effectué alors qu’il était enfant, dans la famille de son père, en Algérie. Ce séjour l’a énormément marqué. Sa mère n’a pas eu son mot à dire. C’est son père qui a pris la décision de l’exiler. Il était très jeune à l’époque… Il se souvient de son arrière grand-mère qu’il aimait beaucoup, de la traversée en bateau en compagnie d’une hôtesse, du déracinement et de sa mère qui n’était plus la même à son retour tellement son fils lui avait manqué.

Il raconte aussi, pendant la Seconde Guerre mondiale, son amour pour Margot, une jeune juive dont les bras étaient recouverts par les couleurs des tableaux qu’elle peignaient à longueur de journée.

Il évoque sa mère qui venait lui parler à l’hôpital alors que lui ne pouvait pas lui répondre car il ne parlait plus depuis cet évènement qui a marqué sa vie à jamais.

Si j’ai lu Les avenirs avec un réel intérêt, je me suis perdue dans cette écriture beaucoup trop poétique à mon goût. C’est une question de sensibilité mais je suis certaine que le style de l’auteur ne laissera pas insensible bon nombre de lecteurs qui aiment être transporté dans un univers plein de poésie. En plus, l’histoire est vraiment intéressante ! Alors, allez lire l’avis de Véro qui vous donnera un autre point de vue que le mien sur ce court roman.

AGGOUNE, Hafid, Les avenirs, Storylab, 2013.

6 pensées sur “Les avenirs – Hafid Aggoune”

  1. J’avais beaucoup aimé aussi et j’ai d’ailleurs aimé tout ce que j’ai lu de l’auteur. Une écriture particulière, oui, un univers très particulier auquel on peut ne pas accrocher..

  2. Ton avis est quand même très mitigé^^. Et puis quand je vois un bandeau « A lire absolument » sur une couverture, je n’ai qu’une envie, partir en courant !

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :