Les gens dans l’enveloppe – Isabelle Monnin

Un jour de juin 2012, Isabelle Monnin a l’idée un peu folle d’acheter un lot de photos sur Internet. Dans l’enveloppe qu’elle reçoit, elle trouve environ 250 clichés d’une même famille. Ce sont des gens ordinaires qui vivent à la campagne dans les années 1970. Une petite fille, un homme qui est peut être son père, des grands-parents. Qui sont-ils ? Quelle est leur vie ? Quels sont leurs doutes et leurs fêlures ? Qu’est-ce qui les fait avancer ?

Isabelle Monnin décide de donner un prénom aux gens dans l’enveloppe et de leur inventer une vie. Elle écrit un roman et attend d’avoir mis un point final pour essayer de retrouver les vrais personnages. C’est donc la fiction et l’enquête que le lecteur découvre aujourd’hui. A cela, s’ajoutent les chansons d’Alex Beaupain inspirées du projet d’Isabelle Monnin.

J’avais entendu beaucoup de bien de ce livre et j’avoue que c’est avec une certaine appréhension que j’ai commencé à le lire. Le peur d’être déçue… Heureusement, j’ai bien vite été rassurée.

Les gens dans l’enveloppe, c’est un peu ceux que j’ai côtoyés pendant mon enfance. Et Clairval, la ville d’origine de cette famille, ressemble à l’endroit où j’ai grandi. Que ce soit dans le roman ou dans l’enquête, beaucoup de lecteurs retrouveront un peu de leur vie dans les années 1970-1980.

« Je crois que toute vie vaut la peine d’être racontée, chaque vie est un témoignage de toutes les autres. » p. 282

Ma pudeur m’empêche de dévoiler ici ce qui a raisonné en moi mais croyez-moi, c’était très fort. La force de l’écriture d’Isabelle Monnin réside dans le fait de rendre intéressante -et même captivante- la vie de gens ordinaires. Par certains aspects, son livre m’a fait penser à ceux d’Annie Ernaux.

Les chansons d’Alex Beaupain sont un beau prolongement du texte. Je les ai écoutées avant de le lire mais ce n’est qu’une fois la dernière page refermée que j’ai réellement compris toute leur portée. Elles permettent de rester un peu plus longtemps aux côtés des personnages et je dois dire que c’est assez agréable.

Un roman, un enquête et des chansons, ce n’est pas tous les jours que l’on découvre des projets aussi originaux. Et quand c’est réussi comme ça l’est ici, c’est un vrai bonheur !

MONNIN, Isabelle, Les gens dans l’enveloppe, JC Lattès, 2015.

14 pensées sur “Les gens dans l’enveloppe – Isabelle Monnin”

  1. Idée assez folle au départ en effet, pourquoi s’approprier la vie des autres ? J’ai un peu d’appréhension vis-à-vis de ce livre, mais je le prendrai à la bibliothèque, il m’intrigue trop.

  2. S’approprier la vie des autres permet d’inventer la sienne ou celle de
    ses ancêtres avec plus de liberté. C’est la partie enquête qui m’a le
    plus interrogée. Les personnes ont donné leur accord mais Isabelle
    Monnin raconte quand même des choses intimes.

  3. Une idée très originale, j’ai vu une émission avec l’auteure et elle m’a bien plu, ce qu’elle disait à propos du livre aussi, je pense donc le lire un jour.

  4. Ton billet me fait vraiment envie!! je pense que ça sera mon prochain achat « rentrée littéraire » (j’avais dit que je n’en achetais pas d’autres avant d’avoir lu le dernier acheté et maintenant j’ai le droit

  5. J’ai ressenti la même chose ; quelque chose de très fort et de très intime… Un projet très original oui, mais aussi extrêmement touchant ! Je rajoute le lien vers ton billet avec les autres, bisous et bon dimanche soir Saxaoul

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :