« Les guetteurs d’Azulis » d’Eric Boisset

Un soir, Abel aperçoit un avion s’écraser depuis la fenêtre de sa chambre. Il décide tout de suite de se rendre sur place mais des militaires l’empêchent d’accèder au site et lui disent qu’il a dû rêver, qu’il ne s’est rien passé. Le lendemain, les journaux ne parlent pas du crash et personne ne semble au courant. Abel est pris pour un rigolo qui invente des histoires. Qu’à cela ne tienne, il retourne avec Drak, son ami le corbeau, sur le lieu du drame et prend des photos.
Sur la route du retour, il tombe nez à nez avec une jeune fille étrange qui lui demande de l’aide. Il découvre petit à petit qu’Ea est une jeune extraterrestre de la planète Azulis envoyée en mission sur Terre. Les militaires sont à ses trousses et une course poursuite s’engage entre les deux jeunes adolescents et les autorités. Abel n’est pas au bout de ses peines : le présence des extraterrestres est classée secret-défense et les civiles ne doivent absolument pas être au courant.

Quand on est documentaliste dans un collège, on est parfois obligé de lire certains lire. Les guetteurs d’Azulis fait partie de la sélection d’un prix de littérature de jeunesse organisé dans mon département alors c’est quand même mieux de l’avoir lu pour pouvoir en parler avec les élèves ! J’avoue que dès le départ, le sujet ne branchait pas trop : les extraterrestres, bof !

Finalement Les guetteurs d’Azulis se laisse lire même si la fin est un peu décevante. En même temps, je ne vois pas trop ce que l’auteur aurait pu trouver d’autre avec un sujet comme celui-ci. Le roman est rythmé, agréable à lire, plein d’humour et, heureusement, il n’y a pas que les extraterrestres dans l’histoire :
-les deux adolescents qui vivent dans des mondes complément différents apprennent à se connaitre petit à petit et nous donnent une belle leçon de tolérance ;
-Abel se bat pour ce qui lui parait juste alors que la solution de facilité aurait été d’oublier bien vite sa rencontre avec Ea ;
-l’amitié entre Abel et son corbeau est le prétexte a une critique des humains et de leurs à priori.

Au final, c’est un roman plutôt sympa qui, je pense plaira à bon nombre d’adolescents.

BOISSET, Eric, Les guetteurs d’Azulis, Magnard Jeunesse, 2007.

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :