« Les hirondelles de Kaboul » de Yasmina Khadra.

Dans un Kaboul en proie aux talibans et à la guerre, deux hommes et deux femmes cherchent un sens à la vie. Atiq Shaukat, geôlier, ne supporte plus son travail -qui consiste à garder les prisonniers avant les exécutions publiques- et la maladie incurable de sa femme, Mussarat. Mussarat, elle, souffre bien entendu de sa maladie mais encore plus de ne pas pouvoir accomplir ses devoirs d’épouse. Moshen Ramat, bourgeois déchu, ne se reconnait plus depuis qu’il s’est laissé aller à lapider une prostituée lors d’un lynchage publique. Sa femme, avocate interdite d’exercer, ne peut pas accepter le mode de vie imposé par les talibans au sexe féminin. Elle ne veut pas vivre derrière un grillage.

A travers ces quatre personnages, Yasmina Khadra montre comment les ravages de la guerre et du fondamentalisme rendent les comportements des uns et des autres complètement fous et inexplicables. Il rend aussi hommage aux femmes qui tentent de survivre et de se battre malgrè tout. Un roman poignant qui met en avant la complexité du genre humain.

Les avis de Papillon, Karine, Florinette et d’Anne.

KHADRA, Yasmina, Les hirondelles de Kaboul, Pocket, 2004.

14 réflexions sur « « Les hirondelles de Kaboul » de Yasmina Khadra. »

  1. @La Pyrénéenne : tout à fait !
    @Aifelle : il y en a tellement à lire !
    @Jumy : Il vaut vraiment le coup !
    @Anne : c’est certain…
    @pom’ : je n’ai pas encore lu « Attentat » mais je me laisserai sans doute tenter un jour !

  2. J’adore cet auteur, il me semble que j’avais commencé par ce roman là. Ses livres me bouleversent. Moi aussi, je crois que c’est mon préféré avec  » Attentat » mais je n’ai pas encore lu son dernier roman  » Ce que le jour doit à la nuit ».

  3. les hirondellles de kaboul
    Il est vraie que les livres de YASIMINA KHADRA sont si fascinant que je ne peut m’empecher de lire et de finir; cependant sur les hirondelles de kaboul ,il y a une petite chose à eclaircir. je suis musluman et on a toujours tendance à croire que c’est par les lois legitimés par la religion musluman que les femmes sont malmenees. j’avoue que c’est totalement faux. cette religion est la premiere qui a reconnu les droits des femmes et ces hommes ne que mal interpreter la religion musluman.

  4. Un bon roman, même si j’ai quand même préféré Les cerfs volants de Kaboul, qui m’a paru plus élaboré et prenant sur le plan de l’intrigue.

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :