Les livres, des sauveurs !

Étienne vit dans une maison où tout le monde aime lire. Lui, c’est le cas désespéré : celui qui n’aime pas lire et qui ne changera jamais : « Que tous ceux qui rabâchent que, pour faire aimer la lecture aux enfants, il suffit de les faire vivre entourés de livres, arrêtent de se raconter des histoires.  Moi, j’ai toujours baigné dedans, au point qu’ils ont fini par me noyer« .

Oui, mais voilà, il ne faut jamais dire jamais : « du jour au lendemain, alors que j’ai toujours détesté lire – c’était au stade de l’allergie, sans les démangeaisons, mais avec une vraie montée  d’irritation rageuse chaque fois que ma grand-mère débarquait pour dîner avec, pour ma sœur et moi, des livres enveloppés dans du papier cadeau rouge aux dessins noirs qui me sort encore par les yeux -, je me suis mis à lire.  Pire à aimer ça. Pire, à avoir envie de donner envie aux autres« . Ce qui a donné le goût de lire à Étienne, c’est le divorce de ses parents. Le soir où il l’apprend, il n’arrive pas à dormir et veut regarder la télé mais son père dort dans le salon. Du coup, il se retrouve seul, mal dans sa peau, dans le bureau de sa mère et tombe sur un recueil de nouvelles de Salinger. Il aime beaucoup et enchaîne sur d’autres livres : L’attrape cœur, le Da Vinci Code, Orgueil et préjugés, Christine Angot, Shakespeare, etc.

Étienne découvre également qu’il aime écrire. D’où ce récit à la première personne où il parle du divorce de ses parents, de sa découverte du plaisir de lire et d’écrire (les remarques sur l’acte d’écrire sont nombreuses), de son premier amour et… de son premier rapport sexuel.

Contrairement à ce que je pensais au début, ce livre raconte la vie d’un adolescent. Certes, la lecture et l’écriture tiennent une place importante mais il n’y a pas que cela dans le vie d’Étienne ! Je m’attendais donc à autre chose et c’est sans doute pour cela que j’ai été un peu déçue. Néanmoins, c’est un beau roman à l’écriture originale, plein de vie, d’humour et de finesse.

Et puis, je me suis un peu retrouvée dans le personnage d’Etienne quand il dit « c’est cette histoire qui m’a tiré de la mienne. En finissant de la lire, j’étais moins mal« . Pour moi aussi, les livres sont parfois un remède. En tous les cas, ils me permettent de rêver et de m’évader du quotidien.

C’est un récent billet de BelleSahi qui m’a donné envie d’emprunter ce livre à la médiathèque.

Calarabel a beaucoup aimé.

WILLER, Ellen, Le garçon qui ne pouvait pas voir les livres en peinture, Ecole des loisirs, 2007.

7 pensées sur “Les livres, des sauveurs !”

  1. Ce garçon est de ceux qui commencent à aimer lire seulement quand ils découvrent des livres « pour adultes »… Il vaut mieux la rencontre se fasse tard que pas du tout !

  2. @BelleSahi : non je crois plutôt que j’ai lu ta critique vite fait (comme je le fais assez souvent, malheureusement, par manque de temps)et que je n’ai retenu que ce qui m’intéressait le plus !
    @Kathel : oui tu as raison ! Il n’a peut être pas lu de livres jeunesse ou du moins pas ceux qui pouvaient lui donner envie de lire.

  3. pareil pour moi, les livres me permettent de m’évader du quotidien. L’impression d’être dans ma bulle coupée du monde et de toutes mes préoccupations. Un bonheur la lecture, moi j’vous l’dit !!!

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :