Les petites reines – Clémentine Beauvais

13150878_228838020808213_134589956_n_002

Mireille, Hakima et Astrid ont été élues boudins de l’année par leurs camarades du collège-lycée Marie Darrieussecq de Bourg-en-Bresse. Les commentaires vont bon train sur les réseaux sociaux.

Mireille a beau faire de l’humour et prendre un air détaché, les résultats de ce triste concours organisé par Malo, son ancien copain de maternelle et de primaire, l’affectent tout de même. Le soir de la mise en ligne du classement, elle fait la connaissance du Boudin d’Or, Astrid Blomvall, qui débarque chez elle en larmes. Ensemble, elles se rendant chez Hakima, Boudin d’Argent, pour qui la nouvelle est passée au second plan : des problèmes encore plus grave la préoccupent.

Mireille, d’un naturel optimiste et refusant de se lamenter sur son sort, s’aperçoit qu’elles ont toutes les trois une bonne raison de vouloir aller à Paris le jour du 14 juillet. Le moyen le plus économique pour s’y rendre depuis Bourg-en-Bresse étant le vélo, les adolescentes décident de remettre en état les vieilles bicyclettes qui prennent la poussière dans le garage de Mireille. Elles y accrochent un pick-up dans lequel elles conserveront les boudins qu’elles vont vendre sur la route pour financer le voyage.

Un projet farfelu et impossible surtout pour des jeunes filles en surpoids qui n’aiment pas le sport, pensez-vous ? Et bien c’est parce que vous ne connaissez pas Mireille Laplanche et ses acolytes !

Mireille a de l’humour, beaucoup d’humour. Pour une adolescente de 15 ans et demi, elle fait preuve d’une maturité remarquable et d’un sens de la répartie dont sa mère se passerait bien. Lors de son périple vers Paris, son regard sur sa famille et le monde qui l’entoure évolue. Elle découvre également la force de l’amitié.

Derrière l’humour et l’apparente légèreté, Les petite reines aborde avec une grande finesse des sujets importants comme le harcèlement, le règne de l’apparence dans notre société, la paternité ou encore les conséquences de la guerre. Le propos est intelligent et rudement bien mené. Suivre les aventures des ces trois jeunes filles est un vrai plaisir. Ce magnifique roman devrait trouver sa place dans toutes les médiathèques et les CDI de collège et de lycée.

BEAUVAIS, Clémentine, Les petites reines, Sarbacane, 2015.

14 réflexions sur « Les petites reines – Clémentine Beauvais »

    1. Tout dépend de son âge et de sa maturité. Une élève de cinquième est en train de le lire en ce moment et aime beaucoup.

    1. Ma prochaine commande sera pour septembre mais j’ai déjà noté quelques titres. Je le fais au fur et à mesure, c’est plus simple.

  1. LE roman jeunesse dont tout le monde parle en ce moment, il faut dire qu’il a raflé tellement de prix ! Je vais bien finir par le lire un jour, pas possible autrement.

Répondre à Antigone (@EcritsAntigone) Annuler la réponse.