Les petites victoires – Yvon Roy

Tout commence par une histoire banale. Un couple, Marc et Chloé. Un bébé, Olivier. La famille et les amis à la maternité. Les parents et le petit garçon qui s’apprivoisent. Des moments de bonheur précieux. Sauf que les mois passent et Olivier ne réagit pas comme les autres enfants. Il ne prononce aucun mot, n’arrive pas à regarder les autres dans les yeux, a du mal à communiquer, ne supporte pas les câlins, fait des crises pour des raisons difficiles à comprendre pour son entourage. Le diagnostic tombe : Olivier est autiste.

Pour Chloé et Marc, c’est la douche froide. Le couple ne résiste pas longtemps et se sépare. Marc, qui est illustrateur et travaille à domicile, a du temps libre. Il décide donc de faire le deuil de celui qu’il attendait pour se consacrer à celui qui est là. Exigeant mais aussi plein d’amour, il trouve des stratégies pour permettre à Olivier de progresser. A force de petites victoires, le garçon surmonte sa différence plutôt que de vivre avec.

Le scénario, assez classique, est accompagné par des dessins en noir et blanc, simples et expressifs, qui mélangent émotion et réflexion. La vie quotidienne tient une grande place : le sport, l’école, les sorties à l’air de jeux, les vacances, etc. Des moments simples qui se transforment parfois en combat. Malgré leur séparation et les moments de doute, Chloé et Marc restent unis.

Le canadien Yvon Roy livre, à travers cette bande dessinée autobiographique, un témoignage plein d’espoir qui dépasse le cadre de l’autisme. Comment aimer son enfant quand il est différent de ce que l’on aurait souhaité ? Comment lui permettre de s’épanouir et de progresser ? Comment faire face au regard de la société ? Autant de questions qui ne manqueront pas de parler à chaque parent.

ROY, Yvon, Les petites victoires, Rue de Sèvres, 2017.

Découvrez d’autres bulles chez Moka !

39 réflexions sur « Les petites victoires – Yvon Roy »

    1. Tu trouveras forcément cette BD moins approfondie. Ici l’auteur ne rentre pas dans les détails de l’autisme. Il exprime le point de vue d’un père confronté à la différence de son enfant.

    1. Ce n’est pas toi que j’attendais semble avoir beaucoup de succès. J’ai hâte de le lire pour découvrir un autre point de vue.

  1. Cet album m’avait moyennement plu, car le scénario me faisait trop penser au premier Toulmé (« ce n’est pas toi que j’attendais » que j’ai préféré)…

  2. comme ça fait déjà un certain temps que j’ai découvert « ce n’est pas toi que j’attendais », je pense éviter trop de comparaisons, j’ai noté celui-ci et je compte bien moi aussi le faire acquérir par ma médiathèque ! 😉

La parole est à vous !