Les vacances – Julie Wolkenstein

Sophie, prof d’Université à Caen et spécialiste de la Comtesse de Ségur, fait des recherches sur Eric Rohmer pour un colloque sur le cinéaste et son rapport à la littérature auquel elle doit participer. Sa contribution portera sur son premier film, une adaptation des Petites filles modèles que personne ou presque n’a jamais vu et qui a totalement disparu.

Sophie croise par hasard la route de Paul dont la thèse a pour objets les films introuvables. Une partie du travail du jeune homme est consacrée aux Petites filles modèles qui a été tourné au Neubourg, dans l’Eure, au début des années 1950. Bien que de générations complétement différentes -Sophie est a deux mois de la retraite tandis que Paul doit avoir moins d’une trentaine d’années- les deux chercheurs s’entendent tout de suite bien et se dévoilent l’un à l’autre. Ils parcourent ensemble une partie de la Normandie, de l’IMEC (Institut Mémoires de l’Édition Contemporaine) à Caen au château du Champ de Bataille en passant par Saint-Pair.

Amis lecteurs, si vous me connaissez un peu, vous savez que j’ai passé les trente premières années de ma vie en Normandie. Alors, forcément, quand il est question d’une route (entre Brionne et Le Neubourg, pour ne pas la nommer) que j’ai empruntée des dizaines et des dizaines de fois, d’une bourgade où j’ai fait mes premiers pas en tant que professeur documentaliste titulaire, et d’un château vis à vis duquel je partage le point de vue du narrateur, je ne suis pas totalement neutre.

Mais tout cela ne suffirait pas à me convaincre sans le talent de Julie Wolkenstein pour décrire le quotidien de ses personnages, leurs pensées et le lien qui les unit. Les pauses café-clope, les trajets en voiture au rythme des chansons de Nostalgie, les nuits solitaires sont autant d’occasion pour Sophie et Paul de se dévoiler. Le mystère qui plane autour du film de Rohmer et des acteurs -un peu trop alambiqué à mon goût-n’est peut-être finalement qu’un prétexte pour donner corps à une ambiance et à des personnages que l’on quitte à regret.

Merci à Valérie et à Galéa de m’avoir donné envie de découvrir ce roman.

WOLKENSTEIN, Julie, Les vacances, P.O.L, 2017.

9 réflexions sur « Les vacances – Julie Wolkenstein »

    1. J’ai pensé à toi en le lisant, forcément. Et j’ai été amusé quand j’ai lu les remarques de l’héroïne sur le château du Champ de Bataille.

  1. Un coup de cœur pour la normande d’adoption que je suis. Et qui connait aussi très bien les lieux (je me doutais que ça te plairait).

La parole est à vous !