L’étranger – Albert Camus – Lu par Michel Lonsdale

Meursault vit à Alger, à une époque où l’Algérie est encore française. Il reçoit un télégramme de l’hospice dans lequel il a interné sa mère lui annonçant le décès de celle-ci. Il se rend à l’enterrement parce qu’il faut le faire. Il ne semble pas vraiment affecté. Pourtant, il n’avait pas de mauvaises relations avec sa mère. Ce qui le dérange le plus, c’est la chaleur insupportable à l’extérieur comme à l’intérieur.

Le lendemain, Meursault rencontre Marie à la plage et passe la soirée et la nuit avec elle. Son attitude est très éloignée de celle que l’on attend en cas de deuil. De manière plus générale, c’est un homme qui dérange car il ne réagit pas comme les autres. Ainsi, il « couvre » un proxénète violent avec sa maîtresse ou répond que ça lui est égal quand Marie lui demande s’il veut se marier avec elle. Meursault semble étranger à la vie comme à lui-même. Un évènement tragique va pousser jusqu’à l’absurde la logique de son comportement…

Depuis que j’ai quitté la fac, je ne lis que très rarement des classiques . Je ne saurais pas trop dire pourquoi exactement. Par fainéantise et peur des déceptions peut être. Et aussi parce que je n’ai pas toujours les clés d’interprétations qui permettent de mieux comprendre ces oeuvres. Il me faudrait faire des recherches et je n’en ai pas forcément envie….

Bref, depuis que j’ai découvert les livres audios, j’ai l’impression que c’est plus facile pour moi de lire ces incontournables de notre patrimoine littéraire. L’étranger d’Albert Camus n’échappe pas à cette règle. Je l’aurais peut être abandonné en version papier mais au final, je suis contente de l’avoir lu jusqu’au bout. Ce roman est vraiment étrange. Je ne peux pas dire si j’ai aimé ou pas. Le personnage de Meursault est tellement distant par rapport à ce qui lui arrive que ça en devient déstabilisant. Avec talent, l’auteur pousse la logique de l’absurde jusqu’au bout.

CAMUS, Albert, L’étranger, Gallimard, 2008. Lu par Michel Lonsdale.

5 réflexions sur « L’étranger – Albert Camus – Lu par Michel Lonsdale »

  1. Je ne suis pas une grande adepte de ce roman, que je trouve surévalué par rapport à d’autres de Camus. Et puis, pour tout dire, j’en fais une overdose tous les ans au mois de juin, attendu qu’il est sur 3 listes de bac sur 4, alors que c’est une plaie à commenter et que les gamins ne s’en sortent pas !

  2. J’ai lu « La peste » il y a de nombreuses années mais je crois que c’est
    tout. Je ne suis absolument pas une spécialiste de l’auteur…. Sinon,
    je comprends ton overdose !

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :