L’homme idéal (en mieux) – Angela Morelli

Qu’on se le dise, je suis une fille futile et influençable ! A force d’entendre les copinautes (et Jérôme !) parler de ce livre, j’ai fini par l’acheter. Et le dévorer !

Émilie, prof de français dans un lycée parisien, est séparée de Diego depuis dix-huit mois. Maman d’une petite fille de neuf ans, elle vit en collocation avec Clara, une copine. Un après-midi, alors qu’elle remplace Clara dans sa librairie, elle fait la rencontre de Samuel, le père d’un de ses anciens élèves venu acheter des livres pour sa nièce. Ce dernier la reconnaît tout de suite et tombe sous le charme de la trentenaire. Émilie, elle, ne se souvient plus de lui mais n’est pas indifférente à ses fesses. Un café et une invitation à dîner plus tard, elle se retrouve dans son lit pour une nuit de folies. Cette nuit ne sera pas la seule et unique, vous vous en doutez bien !

Comme dans toute romance qui se respecte, il y a bien quelques scènes de c… mais Angela Morelli sait varier son propos, notamment en décrivant de manière très dynamique et plaisante le quotidien de son héroïne. Soirées entre filles, boulot, relations familiales, Émilie est une femme pleine de vie qui court après le temps. Samuel, lui, est traducteur. Il aime aussi les livres. La conversation entre les deux amants vole donc un peu plus haut que ce à quoi on s’attend avec la collection Harlequin.

Certaines scènes sont un peu caricaturales. C’est le genre qui veut ça, il faut la savoir avant de se lancer dans ce type de roman et ne pas s’attarder dessus. C’est aussi très parisien ou du moins très urbain. La vie d’Émilie et de tous ceux qui gravitent autour d’elle est bien loin de mon quotidien de provinciale.

Au final, L’homme idéal (en mieux) ne me laissera pas un souvenir impérissable, c’est certain, mais on ne lit pas une romance pour cela. En revanche, j’ai passé un agréable moment en compagnie de ce livre. Certains passages m’ont fait rire, d’autres m’ont rappelé des souvenirs, ceux des premiers temps avec Monsieur. Ah, ce que j’aimerais revivre ces premiers mois ou ces premières semaines où tout est merveilleux, où on voit la vie en rose. Après, on passe à une autre étape, la vie de famille. Ce n’est pas moins agréable mais c’est autre chose ! Le rouge qui monte aux joues, le coeur qui palpite et le plaisir de la découverte de l’autre ne sont plus là mais c’est la vie. Émilie et Samuel ne feront pas exception je pense….

MORELLI, Angela, L’homme idéal (en mieux), Harlequin, 2013.

10 pensées sur “L’homme idéal (en mieux) – Angela Morelli”

  1. Toujours pas lu, mais j’y viendrai sans doute car j’avais aimé la nouvelle Sous le gui. pour moi aussi il est trèèèès loin ce temps des premières semaines, premiers mois et même premières années….

  2. Pas inoubliable mais j’étais content de retrouver les personnages à chaque fois que je rallumais ma liseuse parce que je savais que j’allais passer un moment agréable (léger, certes, mais agréable).

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :