L’homme qui a vu l’homme – Marin Ledun

Une fois commencé, impossible de lâcher ce roman noir qui entraîne le lecteur à réfléchir sur la notion de démocratie à travers une sombre histoire de disparition dans le Nord du Pays basque.

Nous sommes à la fin du mois de janvier 2009. Jokin Sasco, un militant basque, n’a pas donné signe de vie depuis plusieurs jours. Sa famille, inquiète, organise une conférence de presse. Il faut dire que Jokin Sasco n’est pas le premier militant à être une victime de l’ombre. Trahisons, enlèvements, séquestrations et même tortures sont monnaie courante.

Qui agit ? Pour le compte de qui ? Dans quel but ? Qui finance ? Autant de questions auxquelles le journaliste Iban Urtiz va tenter de répondre. Etza Sasco, la soeur de Jokin, Éléa Biscaya, son ex petite-amie, et dans une moindre mesure le journaliste Marko Elisabe vont l’aider dans sa quête de vérité.

Iban se retrouve vité mêlé à une histoire qui le dépasse. Les basques ne se livrent pas si facilement à un Erdaldun, un étranger. Quant aux États français et espagnol, ils sont loin d’être clairs dans cette histoire et sont surtout prêts à tout pour que la vérité n’éclate pas au grand jour. Le journaliste, victime de pressions, d’intimidations puis de violences, va t-il parvenir à ses fins ou devenir lui aussi victime d’une guerre dont on n’identifie même plus clairement les opposants ?

Marin Ledun est un auteur qui n’a plus à faire ses preuves. Quand j’ai su qu’il avait écrit un roman sur les militants basques, j’ai tout de même été surprise de son audace. Je me suis demandée quelle allait être la réaction des basques justement. Visiblement, elle a été très positive et quand on lit le roman, on comprend pourquoi. L’auteur, avec le sérieux qui le caractérise, ne s’est pas attaqué à ce sujet à la légère. Inspiré de l’histoire vraie de la disparition d’un militant basque, Jon Anza, L’homme qui a vu l’homme est un roman dans lequel on apprend beaucoup de choses sur un sujet que peu de gens connaissent vraiment. Marin Ledun ne prend pas le parti des basques mais celui de la justice et de la démocratie. Cela donne un roman fort avec des personnages attachants qu’on n’a pas envie de quitter. Et ça tombe bien car mon petit doigt me dit qu’une suite se prépare.

LEDUN, Marin, L’homme qui a vu l’homme, Ombres noires, 2014.

5 réflexions sur « L’homme qui a vu l’homme – Marin Ledun »

Répondre à L'Irrégulière Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :