L’île des beaux lendemains – Caroline Vermalle

Jacqueline, soixante-treize ans, décide de partir de chez elle sur un coup de tête pour aller rejoindre sa cousine Nane qu’elle n’a pas vu depuis cinquante-six ans. Elle quitte son mari pour trouver refuge sur l’île d’Yeu, dans le petit bungalow qui se trouve au fond du jardin de celle qui, elle aussi, est devenue une vieille dame. Là-bas, elle fait la connaissance d’Arminda, une jeune femme qui s’occupe de Nane en échange du gîte et du couvert pour elle et pour Mathis, son fils âgé de six ans. Nane a semble t-il l’habitude d’accueillir chez elle des gens qui traversent des passages difficiles.

Jacqueline se livre peu mais petit à petit, grâce aux vents et aux insectes-poètes, le lecteur découvre ses secrets tout comme ceux d’Arminda, de Marcel, le mari de Jacqueline, ou de Paul, un ami du couple.

Alors que sa femme affronte ses vieux démons, Marcel décide de poursuivre un rêve vieux de plusieurs dizaines d’années. Il décide de descendre la Loire depuis sa source, au mont Gerbier-deJonc, jusqu’à son embouchure, soit près de 1000 kilomètres. Une fois arrivé à Notre-Dame-des-Monts, il traversera les dix-neufs kilomètres d’Atlantique à la nage pour rejoindre Jacqueline sur l’île d’Yeu. Peut-être qu’elle le regardera enfin avec fierté…

Arminda, elle aussi cache un secret et a du mal à faire les choix nécessaires pour être enfin libre et heureuse. L’être humain a une fâcheuse tendance à se laisser emprisonner par le quotidien ou par les autres…

Quand j’ai reçu ce livre en service de presse avec une petite dédicace personnalisée de l’auteur, j’ai d’abord été surprise et heureuse. Puis, je me suis demandée si j’allais aimer autant que L’avant-dernière chance et La fille du déménageur. Et si je n’aime pas, comment vais-je faire pour trouver les mots justes et ne pas blesser une auteur que j’aime beaucoup ?

Heureusement, dès les premières pages, j’ai été rassurée ! J’ai englouti ce livre en une journée. Il m’a fait l’effet d’un doudou et je me suis laissée emporter par la poésie des mots. Certains considéreront sans doute L’île des beaux lendemains comme un livre trop facile mais à moi, il m’a apporté beaucoup de réconfort.

J’ai aimé me promener sur l’île d’Yeu, cette île sauvage que j’ai visitée trop vite il y a quelques années. J’ai aimé aussi écouter les secrets murmurés par les insectes et les vents. Et j’ai aimé encore plus la note d’espoir sur laquelle se termine le roman. A soixante ou sixante-dix ans, il est encore possible de devenir libre et de rattraper le temps perdu. Le chemin vers le bonheur est long et sinueux mais il mérite vraiment que l’on se batte au quotidien pour l’atteindre. En cette période morose, un tel discours fait du bien !

« Tu sais, lui dit-il en lui prenant le visage, ce que tu m’as raconté, là, le mari de Jacqueline, à soixante-seize ans, qui a quitté sa maison. Il a quitté tout ce qu’il avait pour descendre la Loire. ça m’a fait réfléchir. Lui, il a pas eu peur. Et nous, on a peur et on devrait pas. On se dit qu’on a du temps, et qu’on fera ça plus tard, quand il y aura les bonnes conditions, et tout. Mais les bonnes conditions, elles arrivent jamais. Et en moins de deux on se retrouve comme lui, là, dans le placard. Ou comme Jacqueline à se dire à soixante-dix balais qu’elle a pas eu la vie qu’elle voulait. » p. 176

« Toutes ces histoires de traversée là, la Loire, l’Atlantique ou la vie, c’est pareil : l’arrivée, c’est pour ceux qui sont pressés, mais finalement le plus important c’est de se mettre à la flotte. » p. 241

VERMALLE, Caroline, L’île des beaux lendemains, Belfond, 2013.

20 réflexions sur « L’île des beaux lendemains – Caroline Vermalle »

  1. il me tarde de le commencer!! moi aussi j’aime beaucoup Caroline Vermalle, j’avais eu un énorme coup de coeur pour L’avant-dernière chance et beacoup aimé La fille du déménageur!

  2. Bonjour Saxaoul, je ne savais pas que Caroline Vermalle en était à son troisième roman. J’avais beaucoup aimé le premier. Je note celui-ci. Bonne après-midi.

  3. Je lis en diagonale (j’ai vu que tu avais aimé), car je l’ai reçu aussi. J’ai apprécié également la dédicace personnalisée… En plus, ça se passe dans ma région . A suivre…

  4. J’apprécierai bien aussi cette balade à l’ïle d’yeu que j’ai visitée aussi il y a euh… bientôt 10 ans ! Et puis cette couverture est tellement jolie, elle est très « invitante » !

  5. J’ai de plus en plus envie de le lire celui là !! Une gourmandise de ce type ça ne se refuse pas et si en plus on a en bonus une pincée de printemps avec la couverture, pourquoi s’en priver ??

  6. Il plait plait plait comme sa joli couverture au accent de printemps !
    J’aurais pu le demander en partenariat chez Babelio mais je suis méga en retard de lecture :-S
    Bisous et bonne soirée !

  7. Auteur que je ne connaissais pas avant de voir la blogosphère unanime. Il va falloir que je répare ça rapidement ! En plus j’aime bien cette couverture pétillante, fraîche et légère !

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :