Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill – Jean Regnaud et Emile Bravo

La rentrée des classes, ce n’est pas toujours un moment facile, qui plus est lorsque l’on ne connaît personne. Jean était en maternelle dans un autre quartier et se retrouve dernier dans le rang des CP. Il donne la main à un petit garçon, seul lui aussi, qui va rapidement devenir son ami. Quand la maîtresse demande à chaque élève son nom et la profession de ses parents, Jean sent l’anxiété monter en lui.  Que va t-il répondre à cette question ?

A la sortie de l’école, c’est la gouvernante, Yvette, qui vient chercher Jean. Yvette est une cuisinière de talent et elle s’occupe bien du garçon et de son frère. Lorsque Michèle, la voisine un peu plus âgée que lui, fait jurer à Jean qu’il sait garder un secret et lui lit des cartes postales venues des quatre coins du monde et soi-disant écrites par sa mère, le lecteur sent bien qu’il y a un problème. Le petit garçon, lui, ne comprend pas pourquoi les adultes refusent d’aborder le sujet de sa maman et les regardent parfois, son frère et lui, avec des yeux tristes.

Encore jeune, il est insouciant et aime s’amuser mais il commence à quitter la petite enfance et à se rendre compte de la réalité du monde extérieur. Forcément, cela ne se fait pas sans heurts, encore plus avec ce lourd secret qui plane au dessus de lui.

Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill est un roman graphique triste. Avec un tel sujet, difficile de faire autrement. J’ai refermé le livre avec le cœur serré et une impression de malaise puis je suis allée lire quelques critiques et je l’ai rouvert. Cette deuxième lecture m’a permis de prendre du recul et de voir à quel point Jean Regnaud et Emile Bravo proposent une plongée réussie dans le monde de l’enfance. Nous sommes dans les années 1970 et le lecteur qui a connu la 4L, la Simca, le tourne-disque, la télé en noir et blanc, Saturnin le canard et les grand-mères qui piquent ressentira forcément une certaine nostalgie, celle du paradis perdu de l’enfance. Le dessin, rond et très expressif ainsi que les couleurs pastel abondent dans ce sens.

Au final, je garderai un souvenir assez émouvant de cette BD. Elle fait partie de ces livres qu’il faut lire avec des kleenex à portée de main mais qu’on ne regrette pas d’avoir ouvert.

REGNAUD, Jean, BRAVO, Émile, Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill, Gallimard, 2015.

Rendez-vous chez Noukette pour découvrir les BD chroniquées par les autres participants à la BD de la semaine.

29 pensées sur “Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill – Jean Regnaud et Emile Bravo”

  1. L’ouvrage fait partie des albums que j’ai emprunté et que j’aimerais beaucoup avoir sur mes propres étagères. Un jour peut-être ! En tout cas, j’en garde un souvenir très net et je voudrais aussi le faire découvrir à mon fils cadet qui ne l’a jamais lu

  2. Oh, tu donnes sacrément envie d’en savoir plus !
    Je note…
    Merci pour ce très beau billet (qui déjà m’a serré le cœur, je n’ose imaginer ce que va être cette lecture !)

La parole est à vous !