« Madame Gargouille » d’Orianne Charpentier

Ezéchiel, 13 ans, aime bien faire les pires vacheries dans son immeuble pour embêter la concierge, une vieille femme ridée et méchante que lui et ses copains surnomment Gargouille.
Pourquoi Gargouille ? Parce que quand elle n’est pas contente, elle grogne. Et chacun de ses grognements ressemble à un gargouillis.
Alors, le jour ou Ezéchiel doit se rendre chez la Gargouille avec Lucie, sa petite sœur de six ans, parce tout va mal entre ses parents et qu’il n’y a personne pour les garder, il se sent très mal à l’aise… Petit à petit, il s’aperçoit que, malgré les apparences, Madame Gargouille n’est pas si méchante que cela. Elle est même très humaine et très attentive. Elle console le jeune homme qui se sent mal dans sa peau depuis que son père est parti de la maison. Elle répond aussi à ses questions, le rassure, lui qui doute beaucoup, se trouve trop grand, maladroit (notamment avec les filles…) et se compare à une asperge.
La loge de madame Gargouille devient petit à petit un refuge pour Ezéchiel qui se rend compte qu’il a très mal jugé la vieille dame.

                                             

A la lecture de ce « résumé », vous allez peut être vous dire : « encore un roman jeunesse sur le divorce des parents et le mal être des enfants en pleine période de puberté ». Oui, c’est vrai, le sujet est classique mais il est traité avec beaucoup d’humour et de sensibilité. La fin du roman mérite un mention spéciale pour son originalité. A la place de la facilité et du classique « tout va bien dans le meilleur des mondes », Orianne Charpentier, dont c’est le premier roman jeunesse, a préféré faire preuve d’imagination.

CHARPENTIER, Orianne, Madame Gargouille, Gallimard jeunesse, 2006.

2 réflexions sur « « Madame Gargouille » d’Orianne Charpentier »

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :