Magasin Général tome 7 à 9 – Régis Loisel et Jean-Louis Tripp

C’est avec regret que j’ai refermé le neuvième et dernier tome de la série Magasin Général. On m’avait prévenu, une fois commencé, il est difficile de lâcher les habitants de Notre-Dame-des-Lacs. La vie, dans ce petit village du Québec, est on ne peut plus banale mais un souffle d’émancipation et une envie de liberté viennent troubler la routine quotidienne en cette première moitié du vingtième siècle.

Les hommes et les femmes sont attachants, à l’image de Marie, l’heroïne de cette bande dessinée. Les personnages secondaires sont nombreux et permettent de mettre en scène une galerie de personnalités et de comportements intéressante et variée.

Si vous voulez découvrir les tomes 1 à 3 et 4 à 6, il suffit de suivre les liens. Si vous avez l’intention de lire la série, passez les lignes qui suivent pour aller directement au dernier paragraphe. Sinon, votre plaisir risque d’être gâché…

Depuis que Marie est rentrée au village, c’est la fête à Notre-Dame-Des-Lacs. Ces dames se font coudre de jolies robes et tout le monde danse le charleston au Magasin Général certains soirs. L’ambiance est au beau fixe et Marie s’affirme de plus en plus. Elle ne se laisse plus marcher sur les pieds et l’avis des autres lui importe peu.

Elle tombe sous le charme des frères Latulippe qui se sont lavés et ont coupé leur barbe pour lui plaire. Ce n’est qu’une fois leur départ en fôret pour la saison d’hiver qu’elle se rend compte qu’elle est enceinte. Elle ne sait pas qui est le géniteur de son enfant mais décide que Serge sera la père.

Après une longue période de mal-être et d’hésitations, le curé décide lui aussi de s’émanciper. Il ne dira plus la messe qu’une fois par mois. Cela arrange certains mais les Dames Gladu sont outrées. Tant pis pour elle, Réjean préfère aider Noël à fabriquer son bateau.

Les hommes du village ne sont pas toujours agréables avec les femmes mais ces dernières leur donnent quelques belles leçons et eux aussi finissent par changer.

En refermant la série, on se dit que Loisel et Tripp sont vraiment forts car, même si les habitants de Notre-Dame-des-Lacs vivent dans les années 1920, les sujets abordés dans Magasin Général sont cruellement d’actualité. Si la société change, les comportements humains sont toujours plus ou moins les mêmes. Le combat contre l’intolérance, la lutte contre le conformisme, l’aspiration à la liberté et au bonheur sont intemporels. Et quand en plus, ces sujets là sont traités avec humour, finesse et sensibilité, on en redemande !

LOISEL, Régis, TRIPP, Jean-Louis, Magasin Général 7 : Charleston, Casterman, 2011.

7 pensées sur “Magasin Général tome 7 à 9 – Régis Loisel et Jean-Louis Tripp”

  1. Je garde un souvenir impérissable de ces dernières pages que je tourne. Quelle série merveilleuse et émouvante. A relire. Inlassablement.

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :