Mapuche – Caryl Férey

Jana est une jeune écorchée vive. D’origine mapuche, elle a quitté sa communauté et la pampa pour venir vivre à Buenos Aires. Pendant trois ans, elle a étudié les Beaux-Arts et a été contrainte de se prostituer pour survivre. En pleine période de crise, la majorité de la population argentine vit sous le seuil de pauvreté. Jana, elle, loge désormais dans un squat et passe son temps à faire de la sculpture. Un jour son ami Paula l’appelle : Luz, travesti qui tapine souvent sur les docks avec elle, ne répond plus au téléphone. Elle est inquiète, ce silence n’est pas normal. Il a dû se passer quelque chose de grave.

Rubèn Calderon, rescapé des geoles de la dictature où son père et sa soeur sont décédés, est aujourd’hui détective privé. Depuis le retour de la démocratie, beaucoup de coupables de tortures ou de meurtres commis il y a trente ans n’ont pas été punis. Rubèn les traque et recherche aussi les enfants de disparus qui ont été adoptés par des gens proches du dicateur Videla. En ce moment, il enquête sur la disparition de Maria Victoria Campallo, fille d’un grand homme d’affaire argentin. A priori, pas de lien avec ses enquêtes habituelles. Ni de raison de croiser la route de Jana, la sculptrice. Mais…

Publié dans la collection Série noire chez Gallimard, ce roman plonge le lecteur dans l’Argentine des opprimés. Les mapuches d’abord, ce peuple que l’on a tué et chassé de ses terres. Les « subversifs » ensuite, c’est-à-dire tous ceux qui ont essayé de s’opposer de près ou de loin à la dictature dans la deuxième moitié des années 1970. D’un point de vue historique, Mapuche est donc trés intéressant.

Et forcément avec ce genre d’histoire, on ne peut éviter les scènes de violence et de torture. Caryl Férey n’épargne pas ses lecteurs, il vaut mieux le savoir ! La violence n’est cependant jamais gratuite. L’auteur l’utilise afin d’expliquer cette sombre période de l’histoire de l’Argentine dont les blessures ne sont pas refermées aujourd’hui encore.

Rubèn, le détective, en est d’ailleurs un exemple frappant. Les atrocités qu’il a subies l’ont marqué à jamais et sa vie est un combat permanent pour faire éclater la justice. Rien ne peut l’arrêter. Il est prêt à mettre fin à ses jours pour faire tomber les coupables. Jana, elle aussi a connu l’horreur et même plus encore. Ces deux là sont faits pour se rencontrer. Et quand on découvre leur histoire personnelle au fil du roman, on comprend mieux pourquoi ils deviennent si proches.

Caryl Férey entretient le suspens jusqu’aux dernières lignes et a su faire de Mapuche un thriller palpitant. Pour le plus grand bonheur de ses lecteurs !

Mapuche est le deuxième roman que je lis dans le cadre du challenge thrillers et polars.

FÉREY, Caryl, Mapuche, Gallimard, 2012.

10 pensées sur “Mapuche – Caryl Férey”

  1. @Keisha : oui, c’est noir c’est certain mais il n’y a que quelques passages vraiment violents.
    @Aifelle : c’est ce qui m’a freinée aussi pendant longtemps. J’ai fini par me laisser convaincre et je en regrette pas !
    @La pyrénéenne : oh, ça devait être intéressant !
    @Pierre D. : j’en lis assez peu également mais de temps en temps, c’est sympa et surtout, ça change.
    @valérie : il y a un ou deux passages dans le genre… Je pense que je lirai Zulu un jour mais pas tout de suite quand même !

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :