Moby Dick : livre premier – Chabouté

Qui n’a jamais entendu parler de Moby Dick, cette énorme baleine blanche au centre du roman éponyme d’Herman Melville. Keisha me l’a offert il y a quelques années mais je n’ai pas encore eu le courage de m’attaquer à ce pavé qui fait partie des classiques de la littérature américaine. C’est grâce à Chabouté, qui a publié l’année dernière une adaptation en bande dessinée, que j’en sais un peu plus sur cette histoire mythique.

Le lecteur fait d’abord la connaissance d’Ismaël, un jeune homme qui souhaite partir à la chasse à la baleine. Il n’a aucune expérience en tant que marin mais réussit tout de même à se faire embaucher sur le Pequod en compagnie de Queequeg, un cannibale qu’il a rencontré dans un hôtel du port et qui devient peu à peu son ami.

Très vite, les hommes embarqués à bord comprennent que le capitaine Achab se moque bien de tuer des baleines et de rapporter de l’argent à la compagnie. L’homme est prêt à tout, y compris à mettre sa vie et celle des marins en péril, pour retrouver Moby Dick, cet impressionnant cachalot qui lui a dévoré la jambe. Son désir de vengeance est plus fort que tout.

Le dessin en noir et blanc de Chabouté est une fois de plus une vraie réussite. Les bateaux, la mer et surtout les expressions des visages sont incroyables. Le capitaine Achab apparaît comme un personnage fou, colérique et orgueilleux. Les hommes, eux, font preuve d’un courage immense que le dessinateur montre avec brio. Ils s’attaquent aux baleines dans de petites chaloupes et combattent avec des armes qui semblent dérisoires face au poids et à la force des animaux qu’ils ont en face d’eux. Mais leur travail ne s’arrête pas là. Il faut remorquer les cétacés, les amener à bord, les dépecer et en extraire l’huile dans des conditions extrêmement difficiles. Chabouté croque avec précision leur travail. Chaque case fourmille de détails.

Le livre second a été publié fin octobre. Il ne me reste plus qu’à espérer que ma médiathèque va l’acheter. Même si je connais déjà la fin de cette histoire, j’ai envie d’admirer encore le travail de ce dessinateur de talent.

L’avis de Sandrine.

MELVILLE, Herman, CHABOUTÉ, Moby Dick : Livre premier, Vents d’Ouest, 2014.

7 pensées sur “Moby Dick : livre premier – Chabouté”

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :