Mon petit cœur imbécile – Xavier-Laurent Petit

Mon petit cœur imbécile, c’est comme cela que Sisanda, qui souffre de problèmes cardiaques depuis sa naissance, a surnommé l’organe qui lui permet de vivre. La jeune fille va à l’école, comme les enfants de son âge, mais elle se déplace sur le dos de son oncle ou de sa mère pour ne pas fatiguer son cœur. Elle ne peut ni jouer avec les autres ni courir et doit souvent rester dans sa keja (une sorte de hutte composée d’une seule pièce) pour se reposer.

Chaque année, elle fait de nombreuses heures de voiture dans le 4X4 cabossé d’un habitant du village pour se rendre à sa visite de contrôle à l’hôpital. Son état est stationnaire mais il faudrait une opération pour qu’elle puisse avoir une vie normale. Rassembler les un million de kels est malheureusement inenvisageable pour cette famille qui vit de l’élevage et du peu d’argent que le père de Sisanda, qui travaille à l’étranger, envoie chaque mois.

C’est lors d’une visite à l’hôpital que Maswala, la mère de Sisanda, tombe par hasard sur un article qui parle du marathon de Kamjuni. La somme astronomique gagnée par le vainqueur la fait rêver. Et si celle que l’on surnomme l’antilope et qui accumule les kilomètres chaque matin, pieds nus, avant que la chaleur ne soit trop forte, s’inscrivait à cette épreuve ?

Mon petit cœur imbécile est un joli roman jeunesse qui permet aux lecteurs à partir de 10-11 ans de s’immerger dans la vie d’un village africain et de partager le quotidien de cette petite fille  qui se réveille chaque matin en comptant les battements de son cœur et le nombre de jours qu’elle a vécus depuis sa naissance. Sans être mièvre, l’histoire offre un bel exemple de combativité et un message optimiste. Elle m’a même fait verser une petite larme !

PETIT, Xavier-Laurent, Mon petit cœur imbécile, L’école des loisirs, 2016.

6 réflexions sur « Mon petit cœur imbécile – Xavier-Laurent Petit »

  1. Un des premiers romans proposés dans le prix des jeunes lecteurs dont je m’occupe. Beaucoup d’élèves avaient été très touchés par cette si jolie histoire.

La parole est à vous !