Moro-sphinx – Julie Estève

Moro-sphinx Julie Esteve

Ne vous fiez pas à cette belle photo de Julie Estève sur la première de couverture. Ce roman est tout sauf joyeux ou lumineux ! Il raconte l’histoire de Lola, une jeune femme paumée depuis le décès de sa mère, la longue descente de son père vers l’enfer de l’alcoolisme et la rupture amoureuse sur laquelle elle n’arrive pas à tirer un trait.

Pour oublier, elle met des jupes courtes, des talons haut qui frappent le pavé parisien et se maquille à outrance. Ainsi accoutrée, elle choisit ses proies -souvent les plus laides, les plus glauques- dans les bars, dans la rue, partout où elle peut. Elle accumule les rapports sexuels jusqu’à être dégoûtée d’elle-même, jusqu’à avoir envie de vomir de son comportement. Seule la souffrance l’empêche de penser au passé et l’apaise. A la fin de l’acte, elle coupe un morceau d’ongle qu’elle ajoute aux autres dans son précieux bocal. Le jour où Lola rencontre un homme qui lui plaît vraiment, on se prend à espérer pour elle. Mais est-elle capable d’aimer et d’être aimée ?

Quel roman ! Moro-sphinx est un livre dont on ne ressort pas indemne. L’écriture ciselée et rythmée laisse peu de répit au lecteur. On essaie de comprendre comment la souffrance endurée par Lola a pu la conduire jusque là. On espère qu’elle trouve le chemin de l’apaisement tout en se doutant que c’est impossible. On se demande si ce suicide à petit feu va s’arrêter un jour. Enfin, on tourne la dernière page en se disant que Julie Estève est une auteure à suivre.

Pour Antigone, c’est assurément un texte à découvrir. Elle vous renvoie vers de nombreux autres avis.

ESTEVE, Julie, Moro-sphinx, Stock, 2016.

110247335.to_resize_150x3000

8 réflexions sur « Moro-sphinx – Julie Estève »

    1. Oui, le thème est dur, l’héroïne torturée, dans le gouffre. Je n’aurais sans doute jamais lu ce roman sans les 68 premières fois. Mais l’écriture est belle et colle parfaitement à la personnalité de Lola.

La parole est à vous !