Non, Mr Busnel !

Je viens de lire ça et j’ai les cheveux qui se hérissent tout droit sur la tête !!!!!

« Je dois l’avouer, je n’ai jamais cru aux vertus de ce que le monde de
l’édition appelle la « littérature jeunesse ». Sans doute est-ce une tare,
mais ce « secteur » m’est toujours apparu comme une invention marketing
destinée à écouler une production souvent mièvre et à soutenir des
maisons en mal de chiffre d’affaires.
 » Si vous voulez lire la totalité de ces propos tenus par François Busnel, c’est ici.

Que ces mots sortent de la bouche du journaliste le plus médiatique aujourd’hui en ce qui concerne la littérature, c’est très grave.

Je ne me lancerai pas dans une réponse argumentée. D’autres ont su le faire de façon remarquable. Voici ce qu’écrit Valérie Zénatti sur Médiapart : :

-« La littérature
dite « jeunesse » est un espace de création où des écrivains (et
parfois des « faiseurs », mais ni plus ni moins qu’ailleurs) interrogent la perception si singulière que les
enfants et les adolescents ont de la vie et du monde, en s’adressant à leur
intelligence et à leur sensibilité, à leur humour -qui fait défaut à tant d’adultes-,
et à leur curiosité. Avec les mêmes outils que les autres écrivains et poètes
(les mots, simplement les mots, sans sucre, sans guimauve, sans petits nœuds
roses) ils s’emparent des sujets éternels que sont l’amour, la mort, la guerre,
l’amitié, l’ambition, la trahison, la perte, le rêve, pour tenter d’en cerner
les contours avec une voix qui cherche à retrouver l’intensité des premiers
regards, des premières émotions et du « temps perdu ». Nier cela,
c’est nier aux enfants et aux adolescents la place et le respect qui leur
reviennent, auxquels ils ont tout autant droit que vous ou moi. Quelle
différence alors avec les auteurs « pour adultes » ?
pourriez-vous rétorquer. Eh bien, la même que celle qui existe entre une
sonate, un concerto et un opéra : jamais qualitative, toujours formelle.
 » L’ensemble de son article ici.

J’espère que ces propos feront réfléchir Mr Busnel et qu’il invitera des auteurs jeunesse dans ses prochaines émissions. Mais là, je crois que je rêve tout debout….

14 réflexions sur « Non, Mr Busnel ! »

  1. @Aifelle : je l’écoute régulièrement sur France Inter mais je trouve qu’il manque de charisme. Ses interviews sont un peu fades, en effet. @alain : surtout de la part de quelqu’un qui est cultivé.
    @sylire : tu es excusée, tu n’es pas journaliste littéraire !

  2. C’est scandaleux de tenir des propos pareils. Y aurait-il une sous-littérature? On pourrait dire la même chose de la littérature adulte: je me demande bien comment certains auteurs font pour avoir du succès et réussissent à se faire publier! Honte à vous Mr Busnel!

  3. Il m’arrive de l’écouter sur FI,j’aime bien. Là je reconnais qu’il s’est plutôt trompé, je ne lis guère de littérature jeunesse, mais j’en reconnais les qualités et les tentations, si, si!

  4. il y a de très bons romans jeunesse contemporains comme il y a de très mauvais romans adultes (excusez moi si vous êtes fan, mais…Marc Levy et autres Guillaume Musso…c’est pas un peu une « invention marketing destinée à écouler une production souvent mièvre et à soutenir des maisons en mal de chiffre d’affaires » peut-être?? J’avoue que des jugements aussi catégoriques de la part de quelqu’un qui n’en a sans doute jamais lu, m’énerve beaucoup!

  5. Pas très fine, cette réflexion, et hop, chute vertigineuse dans mon estime aussi. Il n’a peut être plus assez de fantaisie en lui ce monsieur.. A quand une émission qui fait enfin la part belle aux textes pour la jeunesse? D’ailleurs, en connaissez-vous? « L’as tu lu mon p’tit loup » n’est plus, qu’en est-il d’autres?

  6. n’importe quoi! l’important n’est pas la qualité de la littérature mais le plaisir qu’on prend à lire. Et je ne trouve pas la littérature jeunesse mauvaise! rien ne me fait plus plaisir qu’une mère qui vient dans mon magasin acheter des livres pour son ado de 14 ans et me dire « même si c’est de la littérature pour ado (bit lit à savoir), depuis qu’elle lit elle parle mieux, a plus de vocabulaire, ca la transforme! » et je me fiche de savoir si j’aime ou pas ce style!
    je trouve honteux ce genre de propos qui n’encourage pas les jeunes à lire.

  7. Effectivement, propos assez incompréhensibles venant de cet homme. la littérature jeunesse a toujours exister et mène à tout. Où serais-je si je n’avais pas connu fantomette ? Même si celle ci est remplacer par d’autres héroïnes plus modernes…

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :