Orwell – Pierre Christin et Sébastien Verdier

Etonien, flic, prolo, dandy, milicien, journaliste, révolté, romancier, excentrique, socialiste, patriote, jardinier, ermite, visionnaire : le sous-titre de cette biographie dessinée consacrée au célèbre auteur de 1984 et La ferme des animaux en dit long sur les multiples identités de George Orwell.

Né Éric Blair, il appartient à la frange inférieure de la classe moyenne supérieure anglaise et connaît une vie d’aventurier. Il commence par faire des petits boulots, en Angleterre ou à l’étranger, pour subvenir à ses besoins et met beaucoup de temps à vivre de sa plume. Pionnier du journalisme de reportage, Orwell va sur le terrain et mouille sa chemise pour découvrir la réalité au plus près. Anti-impérialiste, engagé dans le combat contre le fascisme, opposé à Staline et aux soviétiques, c’est un homme de conviction qui n’hésite pas à s’engager dans la guerre d’Espagne par exemple.

Le scénariste Pierre Christin mêle avec pertinence, aux éléments marquants de la vie de l’homme de lettres, des extraits de ses textes. Ces derniers sont facilement repérables grâce à une typographie au style rétro qui ressemble à celle d’une machine à écrire. Christin fait également appel à des grands dessinateurs, comme Manu Larcenet, Blutch, Guarnido ou encore Enki Bilal, qui donnent leur vision des œuvres d’Orwell. Le scénario est dynamique, vivant et m’a permis de découvrir les multiples facettes d’un écrivain visionnaire.

Le trait de Sébastien Verdier, fin et d’une extrême précision, ne m’attirait pas au départ. La couleur est utilisée avec parcimonie, sans raison clairement identifiable me semble-t-il. J’ai cependant fini par apprécier la qualité de ce dessin en noir et blanc, impressionnée par la précision et la quantité de travail que cela a dû demander, tant au niveau des décors que des personnages. L’objet livre, avec sa couverture rouge en toile tissée, est agréable à regarder et à manipuler. C’est une BD à découvrir si vous voulez en savoir plus sur l’inventeur de Big Brother.

L’avis de Maryline.

CHRISTIN, Pierre, VERDIER, Sébastien, Orwell, Dargaud, 2019.

Les bulleurs ont RDV chez Moka cette semaine.

27 réflexions sur « Orwell – Pierre Christin et Sébastien Verdier »

  1. Il faudrait que je le feuillette pour me faire une idée mais de prime abord je ne suis pas emballée par ce que tu dis du graphisme. Le parcours de l’homme m’intéresse par contre, à voir !

    1. C’est clairement la vie d’Orwell qui m’a attirée au départ. Et le graphisme est d’une telle minutie qu’on ne peut qu’être admiratif devant un tel travail.

  2. Je me retrouve dans ton billet ! J’avais quelques appréhensions quant au graphisme puis je m’y suis laissée embarquée. En fermant la BD, j’ai même pensé qu’il était bien adapté. Et puis, ces pages d’extraits avec de grands dessinateurs, quel plaisir.

  3. Le billet de Maryline m’avait cueilli. Depuis, je l’ai feuilleté en magasin. Et si tu en rajoutes une couche, je pense qu’il devrait se retrouver sous le sapin fissa (même si j’avoue ne pas trop le connaître et n’avoir lu de lui que La Ferme des Animaux »)

La parole est à vous !