p.123

Finette m’a taguée. Et ça tombe très bien car avec le déménagement, je n’ai pas du tout le temps de lire et encore moins d’être régulière sur ce blog… Donc voici un petit tag très rapide. La règle est la suivante : prendre le livre le plus proche, trouver la cinquième phrase puis recopier les quatre suivantes.

« Je ne pouvais lui expliquer, et m’expliquer à moi-même,
que je devais à quelqu’un trois années de ma vie,
et ensuite ma vie entière.
Et que Massada ne tombe pas une seconde fois.

Lorsque Kineret a dit de sa voix douce la célèbre incantation Et que Massada ne tombe pas une seconde fois, nous étions en larmes, prêtes à prendre les armes et à nous faire dégommer dans la minute pour protéger notre petit pays. Ce pays où les veuves ont trente ans, où les canons ne se sont jamais tus et où, lorsque l’on dit le fils du voisin est « tombé », chacun sait que c’est à la guerre.« 

Quand j’étais soldate m’a été offert par Lucie dans le cadre du Swap littérature jeunesse. Je ne l’ai pas encore lu car je le réserve pour ce été. Tout ce que je peux vous dire c’est que c’est l’histoire de Valérie, 18 ans à la fin des années 80, obligée de faire son service militaire dans l’armée israélienne pendant deux ans comme toutes les jeunes filles de son pays.

5 réflexions sur « p.123 »

  1. Merci pour ta participation Saxaoul.
    Je note car le sujet m’ intéresse et je n’ai jamais de livre traitant du service obligatoire pour les jeunes israéliennes.
    Bon courage pour ton déménagement et tous les tracas que cela occasionne!

  2. @Gambadou : effectivement, ce n’est pas une histoire très joyeuse…
    @Florinette : je ferai un billet quand je l’aurai lu
    @Finette : du courage, c’est tout à faut ce qu’il me faut en ce moment. Merci !

  3. Ce livre est vraiment excellent, il est super bien écrit et depuis l’auteur a sorti un roman en adulte qui est très bien aussi, mais c’est vrai que « Quand j’était soldate » reste une référence à mon avis.

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :