Poil de carotte – Jules Renard

Chaque été, ma médiathèque propose des sacs surprise à ses lecteurs. Le principe est simple : on emprunte un sac sans savoir ce qu’il y a à l’intérieur. Le mien avait pour titre « orange » avec en photo le logo du célèbre opérateur de téléphonie. A l’intérieur, se trouvait entre autres Poil de carotte. Je dois avouer que je n’aurais pas emprunté ce classique de la littérature de moi-même. Je ne me souviens même pas de l’avoir lu pendant mon enfance.

Poil de Carotte, c’est le nom que Madame Lepic donne à un des ses fils à cause de sa couleur de cheveux et de peau. Le lecteur ne saura jamais comment il se prénomme. Ses deux autres enfants, Félix et Ernestine, Madame Lepic les appelle par leur vrai prénom et les traite bien mieux que Poil de carotte.

Ce dernier est son souffre douleur. C’est toujours lui qu’elle envoie fermer la porte du poulailler quand il fait nuit noire alors qu’elle sait qu’il est terrorisé. C’est lui qu’elle humilie en public quand il se fait dessus la nuit alors qu’elle l’a enfermé à clef sans pot pour pouvoir se soulager. C’est encore lui qui reçoit des corrections même quand il n’est pas responsable de ce qu’on lui reproche.

Le lecteur ressent de la pitié pour Poil de carotte, cet enfant qui se venge de sa mère sur les animaux qu’il tue dans des conditions atroces. Son père est peu présent et effacé par rapport à sa femme. A la maison, c’est Madame Lepic qui décide de tout, surtout en ce qui concerne les enfants. Poil de carotte bénéficie de temps en temps de quelques instants de bonheur auprès de son parrain mais sinon, il est seul et sans défense. Jusqu’au jour où il décide de ne plus se laisser faire et ose s’affirmer. 

Jules Renard a écrit ce récit en 1894 en s’inspirant de sa propre enfance. Le vocabulaire est donc parfois ancien et l’existence de Poil de carotte est bien différente de celle des enfants d’aujourd’hui. Pourtant on se sent terriblement proche de lui. C’est là la force des grands classiques de la littérature.

RENARD Jules, Poil de Carotte, Le livre de poche jeunesse, 2007.

9 pensées sur “Poil de carotte – Jules Renard”

  1. Je l’ai lu en primaire et j’avais été marquée par la méchanceté et la cruauté de Madame Lepic aussi bien que par la lâcheté du père. J’ai beaucoup aimé ce roman et l’ai relu par la suite.Pour faire découvrir ce classique à des enfants, on peut leur proposer la BD « Poil de carotte » de Christophe Lemoine et Cécile (Ed. Vents d’Ouest).
    Dans la bibliothèque où je travaille, une de mes collègues prépare des sacs surprise depuis deux ans, ça fonctionne très bien, surtout avec les enfants.Dans les bibliothèques d’Angers, des sacs surprise sont également proposés depuis quelques années, mais je n’ai jamais osé sauter le pas. Oups, j’ai été bavarde!

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :