« Quand j’étais soldate »

Valérie Zenatti, 18 ans à la fin des années 80, est obligée de faire son service
militaire dans l’armée israélienne pendant deux ans comme toutes les
jeunes filles de son pays. Partagée entre la fierté d’accomplir son devoir et le sentiment d’injustice (en France, elle aurait été majeure et libre !), entre l’ordre, l’obéissance et la manipulation des armes d’un côté et sa bande de copains, la musique, les livres, l’écriture et son premier amour de l’autre, la vie de la jeune fille n’est pas facile tous les jours.
Mais qu’importe, elle est résolument optimiste et ne se laisse pas abattre. Le roman laisse la part belle à l’humour, arme redoutable contre la tristesse. On reconnait bien là la plume de Valérie Zenatti qui définit un bon livre comme un livre où « le sourire et le désespoir sont mêlés » (p. 50). Je dois dire que je suis assez d’accord avec cette définition !

Voilà un superbe roman que je vous conseille vivement. Valérie Zenatti est un de mes auteurs préférés en littérature jeunesse car elle sait traiter de sujets sérieux et graves avec beaucoup de légèreté, de finesse et d’humour.

Du même auteur, j’ai beaucoup aimé Une bouteille dans la mer de Gaza et Adieu, mes 9 ans !.

Merci à Lucie qui a eu la très bonne idée de m’offrir ce livre dans le cadre du swap litté jeunesse 2008.

Lire l’avis de Laure.

ZENATTI, Valérie, Quand j’étais soldate, L’école des loisirs, 2006.

8 réflexions sur « « Quand j’étais soldate » »

  1. j’ai failli plusieurs fois emprunter ce livre et puis je me suis ravisée. Mais là, je note car j’ai envie de découvrir cet auteur dont j’entends dire beaucoup de bien.

  2. @Sylire : le thème d' »Une bouteille dans la mer de Gaza » est assez proche de celui de « Quand j’étais soldate ».
    @Alain ; tu en as lu d’autres de Valérie Zenatti ?
    @Karine : oui, note !
    @lucie : oui, il n’y a plus que le manga que je vais lire très prochainement.
    @Finette : n’hésite pas à l’emprunter !

  3. Ce livre fait partie de mes indispensables… Si le thème est proche d’une bouteille dans la mer de Gaza, j’ai trouvé le style et l’écriture beaucoup plus travaillé dans celui-là. J’ai aussi aimé celui paru aux éditions de l’olivier, que je te recommande aussi si ça n’est pas déjà fait!

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :