Remuée par L’effet Larsen

Été 1998, la victoire de la France en coupe du monde de football est dans toutes les têtes. Nola, elle, a 18 ans et aurait dû passer ses vacances en Grèce avec ses copines, fêter la victoire des bleus peut être aussi. Seulement voilà, depuis le décès tragique de son père sa vie n’est plus la même. Avec sa mère, elles ont dû quitter leur joli pavillon pour aller vivre dans un immeuble triste et déprimant. Nola a arrêté ses études et travaille dans un café. Elle n’a aucune idée de ce qu’elle va faire de sa vie. Pour l’instant, elle ne s’autorise pas de chagrin. Elle doit soutenir sa mère qui s’effondre de jours en jours et ne supporte plus aucun bruit. Le mal dont elle souffre est vraiment étrange et cache en réalité un terrible secret de famille qui suinte inéluctablement.

Remuée, je crois que c’est au final ce que je retiendrai de cette lecture assez étrange. Pendant les 100 premières pages, je n’ai pas du tout accroché. Je me sentais complétement extérieure aux souffrances de la narratrice même si je les comprenais parfaitement. Le lendemain, quand j’ai poursuivi ma lecture, mon sentiment s’est totalement inversé et j’ai été touchée par cette jeune femme qui soutient sa mère à bouts de bras jusqu’à inverser les rôles et à la prendre en charge comme si c’était son enfant. Au final, cette histoire a raisonné en moi. Que s’est-il donc passé pour que mon avis sur ce livre change totalement en 24 heures ? Est-ce que les 100 premières pages étaient moins bonnes ? Est-ce que ce n’était pas le bon jour ? Je n’ai pas de réponse et je ne cherche pas à comprendre plus que ça…Tout ce que je sais, c’est que je ne ressors pas indemne de L’effet Larsen.

Les avis de Clara, Géraldine, Keisha, Kathel.
Merci à Clara qui fait voyager ce livre.

BERTHOLON, Delphine, L’effet Larsen, JC Lattès, 2010.

15 pensées sur “Remuée par L’effet Larsen”

  1. Plusieurs semaines après, je garde en mémoire le style si vif et si particulier de Delphine Bertholon. J’ai beaucoup aimé ce roman dans lequel j’ai plongé dès la première ligne.

  2. Je pense souvent qu’un livre qui remue, ça ne s’explique pas forcément. C’est plus souvent une alchimie, une magie quelques part… Ca ne fonctionne pas à tout les coups, mais quand ça fonctionne, c’est grand.

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :