Rencontre avec Marcus Malte

La semaine dernière, « mes » élèves ont rencontré Marcus Malte. Son livre L’échelle de Glasgow fait partie de la sélection du prix des dévoreurs de livres organisé dans le département de l’Eure.

Voici un petit compte-rendu de cette rencontre.

L’inspiration et le travail d’écriture :
Marcus Malte ne croit pas à l’inspiration. L’écriture, c’est plutôt du travail pour lui. L’élément déclencheur, c’est tout simplement la première phrase du livre. Elle doit bien sonner au niveau musical. Il ne sait pas où cette phrase va l’emmener mais ce qui est important, c’est qu’elle sonne juste. Il écrit à l’oreille en quelque sorte. Le sens vient après. L’histoire se dévoile petit à petit, l’idée globale germe et le travail sur la structure devient nécessaire.

Marcus malte se met dans la peau de chaque personnage pour écrire. Il pense qu’il y a une certaine par de schizophrénie chez les écrivains. En tous cas, lui n’est plus le même quand il écrit et c’est tant mieux car il se demande parfois comment il a pu écrire des choses pareilles.

En règle générale, il ne s’inspire pas d’évènements réels pour écrire ses romans. Parfois, il transforme la réalité. Pour L’échelle de Glasgow, l’idée du guitariste qui ne peut plus jouer en raison d’une maladie lui est venue de l’histoire vraie de Jason Becker, guitariste de métal atteint d’une sclérose latérale amyotrophique, qui ne peut plus marcher ni parler. Les noms des deux héros, Astro Man et Catfish, correspondent à deux titres de chansons de Jimmy Hendrix.

L’angoisse de la page blanche :
Marcus Malte a besoin d’écrire régulièrement. Il écrit assez lentement et est angoissé quand il n’a pas de travail en cours. Il pense qu’il faut une certaine part d’innocence, d’insouciance, d’inconscience par rapport aux autres livres déjà écrits par de bons auteurs pour se lancer dans l’écriture.

Le métier d’écrivain :
Marcus Malte vit de son métier d’écrivain mais aussi des rencontres avec les lecteurs et des ateliers d’écriture. Pendant longtemps, il a fait d’autres métiers et ne sait pas si la situation actuelle va pouvoir durer. Il a fallu 7 ou 8 ans entre l’écriture de son premier roman et sa publication. Comme tout le monde, il dit qu’il faut un immense coup de chance pour être édité quand on ne connaît personne dans le milieu.

Au départ, il écrivait des livres pour adultes, surtout des polars et des romans noirs. Il a aussi écrit des albums et des romans pour la jeunesse. Quand il était plus jeune, il écrivait des petits bouts d’histoires et des paroles de chansons. Aujourd’hui, il évite de relire ses livres car il ne voit que les défauts.

Le livre qu’il emporterait sur une île déserte :
Ce serait plutôt un carnet pour écrire !

La lecture :
Pour Marcus Malte, la lecture et l’écriture sont liées. On voit et on apprend d’autres choses en lisant. Il ne lit pas beaucoup de livres pour la jeunesse.

Pour en savoir un peu plus sur cet auteur, visitez son site !

3 réflexions sur « Rencontre avec Marcus Malte »

  1. @Florinette : ce n’est pas évident de faire un compte-rendu de rencontre. J’ai donc essayé de faire de mon mieux ! je trouve que c’est toujours intéressant de rencontrer un auteur car ça permet de mieux comprendre certaines choses. Si tu aimes les westerns, je te conseille « De poussière et de sang », publié en jeunesse.

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :