Retour à Yvetot – Annie Ernaux

En octobre 2012, Annie Ernaux est retrournée à Yvetot, la ville de son enfance et de son adolescence, pour la première fois en tant qu’écrivain. Jusqu’à cette date, elle avait toujours refusé les invitations parce que le rapport qu’elle entretient avec cette ville est très particulier et intimement lié à son travail d’écriture. Retour à Yvetot est le texte de la conférence qu’elle a donné devant 500 personnes ce jour-là. Il est suivi de photos personnelles de l’auteur, d’un entretien avec Marguerite Cornier et des questions du public.

Retour à Yvetot m’a permis de comprendre encore mieux l’oeuvre de l’auteur. Sa façon d’envisager l’écriture notamment et aussi tout ce qui touche aux sentiments qu’elle éprouve vis à vis de son milieu d’origine. Quelle pertinence et quelle clarté d’analyse ! C’est vraiment remarquable !

Je me retrouve souvent dans ce qu’elle dit, même si je ne suis pas de la même génération. Je ne peux pas expliquer pourquoi ici, c’est trop intime, mais disons que mon parcours ressemble un peu au sien. Beaucoup des sentiments qu’elle expose, des remarques qu’elle fait sur le monde qui l’entoure me parlent et me font réfléchir. Lire ses livres est même parfois difficle car cela remue pas mal de choses en moi.

Je sais que je ne suis pas la seule à éprouver ce genre de sentiments face aux livres d’Annie Ernaux. C’est là tout le talent de l’auteur. C’est pour cela que je l’admire. Elle met des mots sur des choses que l’on a du mal à s’avouer, dont on ne parle pas ou peu.

Quoi qu’il en soit, Retour à Yvetot m’a donné envie de me replonger dans ses textes. D’aller plus loin encore dans la découverte de cette grande dame de la littérature française.

« Lire un livre d’Annie Ernaux, c’est bien souvent reconnaître une partie de soi » Marguerite Cornier p.74

Mirontaine vous en dit un peu plus sur le contenu de ce livre.

ERNAUX, Annie, Retour à Yvetot, Mauconduit, 2013.

13 pensées sur “Retour à Yvetot – Annie Ernaux”

  1. Je le prendrai dès qu’il sera dispo à la bibliothèque, d’ailleurs il vaudrait mieux que je le réserve. Elle doit venir à l’Armitière avant la fin de l’année parler de ce livre, je vais essayer de ne pas la rater.

  2. Comme toi, bien que n’étant pas de la même génération, je me sens très proche d’elle… Je lirai ce livre un jour ou l’autre, certainement ! Je me l’offrirai sans doute aussi.

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :