Sale journée

© Romaric Cazaux

Me faire balayer la neige, et puis quoi encore ! Et il faut voir sur quel ton elle m’a demandé ça en plus. J’aurais dû lui répondre « chef oui chef » mais je ne suis pas certaine qu’elle aurait apprécié la plaisanterie. Un s’il-vous-plaît et un merci, c’est trop lui demander ?

Comme tous les matins, elle a téléphoné à 8h30 précises pour vérifier si j’étais à l’heure et me donner ses « instructions ». Pendant que je commence à trimer la boule au ventre en espérant qu’elle ne trouvera pas une fois de plus le petit détail qui ne va pas dans mon travail, Madame prend son petit-déjeuner et se pomponne. Elle arrive un ou deux heures plus tard maquillée, coiffée et perchée sur ses talons aiguilles.

Tiens, j’y pense, ces chaussures là, ça glisse facilement sur le verglas. Si j’ajoutais un peu d’eau sur la neige devant l’entrée ? Avec le froid qu’il fait, ça devrait vite geler…

C’était ma participation à l’atelier d’écriture de Leiloona.

27 pensées sur “Sale journée”

  1. Ah, ah, nos textes ont non seulement le même titre, mais ils vont aussi dans la même direction (je n’ai pas été jusqu’à la vengeance, mais tu as bien fait!)
    C’est étonnant! Alors forcément, ton texte me plait beaucoup!

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :