Sans jamais atteindre le sommet : Voyage dans l’Himalaya – Paolo Cognetti

Sans jamais atteindre le sommet est le récit du voyage de Paolo Cognetti au Népal, dans la région du Dolpo, située à la frontière avec le Tibet. L’auteur ne cherche pas à gravir des sommets. Il préfère suivre un itinéraire de près de 300 kilomètres dans la vallée, franchissant à pied plusieurs cols situés à 5000 mètres d’altitude, et ce malgré le mal des montagnes qui le ronge.

Accompagné d’amis, du guide Sete, de cuisiniers, de muletiers, de porteurs et parfois d’un chien, Paolo Cognetti savoure ce paradis perdu, éloigné de l’urbanisme et du tourisme. Fasciné depuis sa plus tendre enfance par les montagnes, l’auteur a déjà livré quelques fabuleux récits ayant pour cadre les Alpes. Dans le Dolpo, il s’intéresse à une culture éloignée de la notre et à une religion peu pratiquée en France. Le bouddhisme tient une large place, notamment à travers ses monuments, mais le récit en reste malheureusement au stade du survol, de la description brève. Plus de réflexions lui aurait donné une épaisseur salutaire. 

La nature, les torrents, les animaux tiennent une large place dans Sans jamais atteindre le sommet, tout comme la rudesse des conditions de vie. Paolo Cognetti et ses amis sont équipés de matériel de qualité. Les hommes de la caravane qui les accompagnent possèdent une tenue bien plus rudimentaire. Ils n’ont cependant pas besoin de chaussures de randonnée pour avaler les dénivelés à une vitesse record, laissant les occidentaux loin derrière eux.

Pendant l’expédition, Paolo Cognetti lit Le léopard des neiges de Peter Mathiessen.  Ce journal de route, écrit en 1973 lors d’un voyage dans le Dolpo, relate une aventure à la fois spirituelle et scientifique. Cognetti tente de retrouver des traces, partage ses réflexions et sa fascination. Pour le lecteur qui n’en a jamais entendu parler, l’intérêt est moindre.

Sans jamais atteindre le sommet est un récit court qui laisse un goût de trop peu. Les personnages ne sont pas creusés, idem pour les réflexions personnelles. On aimerait en savoir plus sur ce que l’auteur et ses compagnons de route ressentent, sur les rencontres qu’ils font, sur la façon dont ils envisagent ce voyage. C’est dommage car le livre est intéressant et donne l’eau à la bouche. Les dessins qui l’illustrent participent d’ailleurs de cette invitation au voyage, tout comme les magnifiques descriptions de paysage. Paolo Cognetti nous avait habitué à tellement mieux avec Le garçon sauvage et surtout Les huit montagnes que la barre était haute. Espérons qu’il réussira  à se renouveler dans ses prochains écrits…

COGNETTI, Paolo, Sans jamais atteindre le sommet : Voyage dans l’Himalaya, Stock, 2019.

22 réflexions sur « Sans jamais atteindre le sommet : Voyage dans l’Himalaya – Paolo Cognetti »

  1. Il évoque son voyage déjà dans « les huit montagnes ». Je viens de le terminer, j’aurais bien enchaîné les deux, mais je vais plutôt attendre la bibliiothèque .. par contre j’ai « le léopard des neiges » dans ma PAL depuis une éternité, c’est plutôt lui que je vais sortir sans tarder.

    1. Je n’avais jamais entendu parler du Léopard des neiges. Ce qu’en dit Paolo Cognetti me donne envie de le lire mais je vais essayer d’en savoir un peu plus avant de décider de me lancer ou non.

  2. Malgré tes bémols, je suis vraiment tentée ! J’avais beaucoup lu de billets sur son romans précédents qui ne me tentaient pas vraiment mais je pense que celui-là je vais essayer de me l’acheter…

    1. Je te conseille Les huit montagnes. J’ai découvert l’auteur avec ce titre et cela a été une magnifique surprise.

    1. Moi, c’est l’Himalaya qui m’attire. J’espère qu’un jour j’aurai l’occasion de réaliser ce voyage de mes rêves.

    1. Honnêtement, celui-là lui ressemble quand même pas mal, la profondeur des personnages et des liens en moins. Je ne suis donc pas certaine que ce soit le bon texte pour le relire.

Répondre à saxaoul Annuler la réponse.