« Sarah et le lieutenant français » de John Fowles

Angleterre, 1867. Sarah Woodruff est considérée comme folle par les habitants de Lyme. On dit qu’elle a été abandonnée par son amant, un lieutenant français, et qu’elle ne s’en est jamais remise… Charles Smithon apprend qui est cette jeune femme, croisée par hasard un jour en bord de mer, de la bouche de sa fiancée, Ernestina Freeman. Charles est intrigué. Sa curiosité le pousse à chercher à en savoir plus sur cette jeune femme énigmatique. Il la rencontre plusieurs fois et Sarah sollicite son aide. Pas facile de garder ses distances dans ces conditions, d’autant qu’Ernestina n’est absolument pas au courant de la situation… Charles joue avec le feu et semble courir tout droit à sa perte…

Sarah et le lieutenant français, un pavé entamé il y a trois semaines et dont je suis enfin venue à bout. Je vous rassure tout de suite, j’ai lu deux ou trois livres entre deux mais j’ai  tout de même eu du mal à m’enfiler les 670 pages. Je ne suis plus habituée à lire des textes aussi longs… Ceci dit, c’est une lecture qui vaut vraiment le coup !

Sarah et le lieutenant français  a été publié en 1969 mais l’auteur fait preuve d’une telle connaissance de l’époque victorienne qu’on pourrait croire qu’il s’agit d’un livre écrit à la fin du XIXème siècle. Les remarques sur la société de l’époque sont nombreuses et variées : mariage, convenances, religion, classes sociales, darwinisme, etc.

John Fowles intervient à plusieurs reprises dans le roman en s’adressant directement au lecteur et en lui proposant un réflexion sur le travail de l’écrivain ou sur l’évolution de ses personnages. Ainsi, il écrit trois fins. Au lecteur de garder celle qui lui convient même si la dernière est souvent considérée comme « la vraie, » l’auteur le sait…

Seul petit bémol de ce beau roman : les digressions sont nombreuses et m’ont tout de suite fait penser à certains romans français du XIXème. Des vieux souvenirs du bac ou de la fac de lettres ont ressurgi… C’est vrai que depuis que j’ai terminé mes études, je n’ai pas dû ouvrir beaucoup de classiques…

Après une lecture aussi dense -difficile à apprécier sans une solide culture littéraire- j’ai envie de quelque chose de plus léger, sans digressions à rallonge sur les fossiles ou que sais-je encore !

Fowles, John, Sarah et le lieutenant français, Points.

6 réflexions sur « « Sarah et le lieutenant français » de John Fowles »

  1. @Aifelle : tu te souviens de l’année où tu l’as lu. C’est extraordinaire d’avoir une telle mémoire. J’en serais bien incapable !
    @Keisha : Comme toi, j’ai beaucoup de mal à me souvenir des livres que j’ai lu il y a longtemps… @Brize : pas vu le film, je ne sais pas trop si j’ai envie de le voir…

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :