Sur le chemin

© Julien Ribot

Pierre quitte la maison sur un coup de tête, sans vraiment réfléchir à ce qu’il fait. Après une journée encore bien chargée, il a besoin de se vider l’esprit et de prendre l’air. Ses pas rapides le conduisent au bord du lac. L’eau a toujours eu sur lui un effet apaisant. Si on avait été en été, il aurait sans doute ôté ses vêtements et piqué une tête mais là, le froid est vif. Il écoute les bruits de la nature et observe les arbres, racines solidement ancrées dans le sol et tête dans les nuages. Son rythme ralenti. Sa marche se fait plus calme, plus sereine, sans qu’il s’en rende compte. Il repense à ces derniers mois.

Au début, les gens étaient compatissants et lui demandait souvent comment il allait. Puis la question est devenue une simple formalité et les mots se sont faits de plus en plus rares. Ils ont oublié. Pas lui. Pour combler le vide et la solitude, il s’est agité dans tous les sens. Sa To do list est devenue son plus fidèle compagnon. Prendre rendez-vous chez le dentiste, faire les courses, envoyer une carte pour l’anniversaire de Naïa, nettoyer la maison, passer à La Poste chercher un recommandé, faire du tri dans les placards, trouver de nouvelles baskets pour la miss, etc. A chaque fois qu’il accomplit une tâche, il la raye avec soulagement. Mais dès que la liste s’amenuise, il s’empresse d’ajouter de nouvelles lignes, histoire de s’assurer qu’il n’aura pas le temps de se poser et de penser.

Pierre a toujours su que l’instinct de vie tapi au fond de lui serait le plus fort et se réveillerait un jour. Il lui fallait du temps, c’est tout. Le moment est venu de passer à autre chose. Ces quelques heures de marche lui ont fait du bien. Il rentre chez lui et allume le feu de cheminée pour se réchauffer. Un verre de vin à la main, il s’assoie sur le canapé et regarde ses To do list prendre des teintes jaune orangé avant de s’envoler en fumée.

C’était ma participation à l’atelier d’écriture de Leiloona.

8 pensées sur “Sur le chemin”

  1. après la frustration de ne pas savoir plus précisément pourquoi il a tant besoin de s’occuper, je pense que c’est sans doute mieux que chacun puisse y mettre ce qu’il veut. très joli texte et qui s’ouvre sur une note apaisante et presque d’espoir

  2. Un très joli texte qui interpelle quelque chose en soi. La chute est pleine de sérénité et de lâcher prise. J’ai eu beaucoup de plaisir à te lire, merci

  3. J’espérais savoir pourquoi il se sent si seul, mais finalement, j’aime bien le fait de pouvoir y mettre ce que l’on souhaite derrière. Mais que ce soit un deuil ou une absence volontaire, c’est très joliment écrit avec une touche d’espoir qui rayonne. Merci

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :