« Ta photo dans le journal » de Marie Brantôme

Tout commence par une scène tragique : Pierrot gît par terre, son sang coule, il a reçu un coup de couteau dans le ventre. La mère Pinsart affirme au médecin appelé en urgence que c’est un accident, que Pierrot s’est blessé avec le couteau. Mais pour Laure, la narratrice, il s’agit bel et bien d’un meurtre : « Le médecin me jette un coup d’œil a la dérobée. Un pli soucieux barre son front. Que pense t-il ? A-t-il lu le message qu’affirme mon regard ? Un seul. « Assasins. » ».
Que s’est-il passé ? Comment en est-on arrivé à un évènement aussi tragique ? Pour répondre à ces questions, Laure, va revivre ses deux mois de vacances chez les Pinsart, de vagues connaissances de ses parents chez qui elle a été envoyée pour respirer le grand air, après la Seconde Guerre mondiale.
La jeune fille raconte son arrivée dans la famille et son amitié avec Pierrot, 13 ans, un garçon de l’assistance publique que les Pinsart ont recueilli pour faire les corvées pendant les vacances.  Dès les premières minutes, elle s’est aperçue que Pierrot était maltraité et humilié par toute la famille, et notamment par Francia, la fille du couple qui, à 30 ans, vit toujours chez ses parents parce qu’elle est handicapée mentale. Francia est la bonne à tout faire dans la maison (ménage, linge, repas…). Ellle est elle-même maltraitée par sa mère. D’une certaine manière, elle reproduit ce mauvais traitement sur Pierrot. De plus, elle est jalouse de l’amitié qui s’est nouée entre le jeune homme et Laure.

 

Ta photo dans le journal est un beau roman qui parle d’un thème difficile, la maltraitance. Même si l’histoire se passe juste après la Seconde Guerre mondiale, c’est un sujet toujours d’actualité. Laure est une jeune fille intelligente et sensible qui, notamment en raison de son éducation, ne va pas se laisser aller à la facilité en laissant Pierrot seul face aux Pinsart. Dès le départ, elle se sent mal à l’aise et prend sa défense. Avec beaucoup d’humour et de finesse, elle réussit à lui éviter certaines humiliations. Elle lui redonne également confiance en lui, en lui apprenant à lire et à écrire par exemple.


Ce roman fait partie des coups de cœur de Mireille.

BRANTOME, Marie, Ta photo dans le journal, Seuil, 2007.

2 réflexions sur « « Ta photo dans le journal » de Marie Brantôme »

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :