On regrettera plus tard – Agnès Ledig

Un soir d’orage, alors qu’elle lit confortablement emmitouflée dans une couverture, Valentine entend frapper de grands coups à sa porte. Armée d’une poêle en fonte pour se défendre en cas de besoin, elle ouvre et découvre un homme trempé, une fillette dans les bras.

Anna-Ninna est fiévreuse et ne tient plus debout. Valentine s’occupe d’elle et appelle le médecin pendant que l’homme, qui s’appelle Eric, part s’occuper de ses chevaux avec un voisin.

Anna-Nina et Eric parcourent la France à bord d’une roulotte depuis de nombreuses années. L’orage a fortement endommagé leur ni douillet et  Valentine leur propose de les loger le temps qu’Eric puisse effectuer les réparations.

Valentine est enseignante. Elle vit seule et en souffre. Très vite, elle s’attache à Anna-Nina. Elle l’emmène dans sa classe et la fillette, qui a tout appris aux côtés de son père, découvre pour la première fois l’école et la vie en collectivité. C’est un réel plaisir pour elle.

Son père en revanche est moins enthousiaste. Il est habitué à passer 24h/24 seul avec sa fille et depuis qu’il est arrivé chez Valentine, il a l’impression qu’Anna-Nina lui échappe. Même s’il sait que ce moment devait arriver un jour où l’autre, il en souffre.

Éric est habitué à vivre au rythme de la nature et ne parle pas beaucoup. Il fuit les questions que Valentine lui pose sur les raisons de son mode de vie atypique. Contrairement à lui, cette dernière est toujours en activité. Elle travaille, jardine, bricole, fait des conserves pour l’hiver, lit, etc. Sa soif d’activité cache une immense souffrance.

Dès les premières pages, le lecteur sait que ces deux là ne se sont pas rencontrés par hasard. Ils doutent d’eux-mêmes, s’attirent, se repoussent et essaient d’avancer comme ils peuvent. Ce sont des écorchés vifs que la vie n’a pas épargné. Peut être comme chacun d’entre nous en somme.

Autour d’eux, gravitent trois personnages secondaires : une femme enceinte emprisonnée pendant la guerre dont on ne découvre le lien avec le reste de l’histoire que vers la fin du roman, l’ami intime de Valentine depuis le lycée et un voisin qui la considère comme sa fille . Eux aussi ont beaucoup de profondeur psychologique. On aurait presque envie de les rencontrer pour discuter un moment.

J’ai dévoré ce roman en quelques heures et je l’ai refermé à fleur de peau, regrettant de devoir quitter ces personnages si attachants. J’ai aimé leur mode de vie simple et leur parler vrai. J’ai aimé aussi leurs failles et leurs tentatives pour aller de l’avant.

Certains reprocheront à On ne regrettera plus tard sa facilité, au niveau du style comme de l’intrigue, et son dénouement attendue. Ils auront sans doute un peu raison mais qu’est-ce que ça fait du bien de lire le sourire aux lèvres et le coeur gonflé d’espoir pour l’avenir !

Leiloona a beaucoup aimé elle aussi.

LEDIG, Agnès, On regrettera plus tard, Albin Michel, 2016.

%d blogueurs aiment cette page :