« Les fils de la terre » # 3 de Jinpachi Môri

Après une année passée à aller à la rencontre des agriculteurs à travers le Japon, Natsume et Kohei rentrent à Takazono. Pendant leur absence beaucoup de choses ont changé au village. Nanako, aidée par la jeune enseignante d’anglais du lycée, a pris les choses en main et a commencé à développer la vente de légumes. Cependant, il reste encore beaucoup de travail pour améliorer les relations avec les habitants des villes et faire de ce village perdu au milieu de la campagne un lieu prospère.

Ce troisième et dernier volume de la série est toujours aussi agréable à lire même si le côté caricatural est parfois un peu agaçant. Natsume est toujours parfait et trouve des solutions à tous les problèmes en quelques minutes. Une fois, ça passe mais quand ça se produit trop souvent… Et puis, à la fin, on a un peu l’impression que tout est beau dans le meilleur des mondes…

A part ces quelques réserves, je dois dire que j’ai beaucoup apprécié Les fils de la terre. C’est un des premiers mangas avec lequel j’accroche vraiment. Espérons qu’il y en aura d’autres !

A souligner : Les fils de la terre prône la consommation de fruits et légumes frais de qualité, cultivés dans les règles de l’art, sans être pour autant super écolo. A une époque où l’écologie est devenue une mode et un moyen faire du marketing, c’est important de le mettre en avant !

MÔRI, Jinpachi, Les fils de la terre 1, Éditions Delcourt, 2007.

« Les fils de la terre » # 2 de Jinpachi Môri

Dans ce deuxième tome, on retrouve Shuntaro Natsume dans le village de Takazono où il tente de redonner le goût d’apprendre aux élèves du lycée agricole. Il a toujours pour objectif de redresser cette filière et donne toute son énergie à l’apprentissage de l’agriculture. Son enthousiasme fait boule de neige même si Kohei est parfois un peu résistant. On apprend d’ailleurs petit à petit pourquoi le jeune homme a souvent des réactions aussi excessives qui vont à l’encontre de celles des habitants du village.
Shuntaro veut désormais faire de Takazono une vitrine de l’agriculture et développer les relations entre les paysans et les habitants des villes.
Nanako, son amie, arrive dans le village avec un fonctionnaire chargé de faire le point sur l’avancement du travail de Shuntaro. La visite se passe mal car le jeune homme ne suit pas vraiment les recommandations du ministère qui sait d’avance que cette mission est vouée à l’échec… Nanako décide de rester dans le village, ce qui n’est pas du tout du goût de son père, ministre. Ce dernier va tout faire pour éloigner Shuntaro de cet endroit où il a commencé à nouer de réelles relations avec les habitants.

Un deuxième tome à la hauteur du premier. L’histoire est toujours aussi dynamique et on apprend petit à petit des choses sur le passé de Kohei et les raisons réelles de la venue de Shuntaro dans ce village perdu au milieu de la campagne. Le personnage de Nanako, quasiment absent dans le premier tome, tient un rôle plus important. L’agriculture est bien entendu toujours au centre des préoccupations des uns et des autres. Vite, j’enchaîne sur le tome 3 !

MÔRI, Jinpachi, Les fils de la terre 1, Éditions Delcourt, 2007.

« Les fils de la terre » # 1 de Jinpachi Môri

Shuntaro Natsume, fonctionnaire du ministère de la culture et de l’éducation, est envoyé par le premier ministre japonais dans un lycée agricole pour redresser l’agriculture du pays. Shuntaro n’y connait absolument rien dans ce domaine mais il se rend très vite compte que la situation est absurde : l’État veut augmenter le nombre d’agriculteurs pour que le Japon soit auto-suffisant du point de vue alimentaire mais dans le même temps il les oblige à couper les pousses de riz avant maturation pour ne pas dépasser les quotas. Les campagnes sont désertes. Tous les jeunes sont partis et les personnes âgées vivent dans la misère. Les élèves sont là parce qu’ils ne peuvent pas aller ailleurs mais n’ont aucune envie de travailler la terre. Plein d’enthousiasme, Shuntaro apprend à connaître l’agriculture et fait la connaissance des paysans. Au contact de kohei, l’un des deux jeunes n’ayant pas quitté le village, il prend peu à peu conscience des difficultés qui l’attendent.

J’ai enfin trouvé un manga qui me plaît : merci la médiathèque !!!! Les fils de la terre est très réaliste. On peut faire de nombreuses comparaisons entre les problèmes rencontrés par l’agriculture en France et au Japon. Le récit est dynamique, les personnages sympathiques et agréables. Bref, je ne vais pas manquer de lire les deux autres tomes de cette série.

MÔRI, Jinpachi, Les fils de la terre 1, Éditions Delcourt, 2007.

%d blogueurs aiment cette page :