Emma et Capucine – Jérôme Hamon et Lena Sayaphoum

Sans Gambadou, je n’aurais sans doute jamais ouvert cette bande dessinée. D’ailleurs, je l’avais feuilletée en librairie puis reposée, pas spécialement attirée par le graphisme et persuadée d’avoir entre les mains une énième BD pour fille au scénario plat. Il n’en est rien. Continuer la lecture de « Emma et Capucine – Jérôme Hamon et Lena Sayaphoum »

Polina – Bastien Vivès

Polina est encore une enfant lorsqu’elle est admise dans l’académie de danse du professeur Bojinski. Pourtant, elle doit déjà souffrir en silence et accepter les remarques désagréables sur son manque de souplesse devant toutes les autres danseuses. Elle passe des heures et des heures à travailler et ne vit que pour la danse. Très douée, elle est vite repérée par Boljinski même si celui-ci ne lui passe rien. Ce professeur a une réputation terrible et en a fait craquer plus d’une. Polina, elle, s’accroche.

Les années se suivent et se ressemblent, jusqu’à ce que la petite fille devienne une adolescente puis une jeune femme. Polina tombe alors amoureuse et commence à faire ses propre choix par rapport à la danse. Elle prend son destin en main et s’assume même si ce n’est pas toujours simple.

Je ne sais pas si dans le domaine de la bande dessinée, on parle de BD d’apprentissage ou de BD initiatique comme on le fait pour le roman mais Polina a bien pour sujet l’évolution d’un personnage, de l’enfance à l’âge adulte. L’héroïne éponyme grandit et évolue grâce aux évènements et aux difficultés auxquels elle est confrontée. A ce titre, le scénario est réellement intéressant et beaucoup plus fouillé que dans Le goût du chlore.

Le trait minimaliste de Bastien Vivès est d’une remarquable précision quand il s’agit de montrer les scènes de danse, l’effort, le travail du corps.

Si vous n’avez pas encore lu cette bande dessinée, je vous la conseille donc vivement.

VIVES, Bastien, Polina, Casterman, 2011.

Pina Bausch au cinéma

Les rêves dansants, sur les traces de Pina Bausch de Anne Linsel et Rainer Hoffman

Des adolescents de 14 à 18 ans qui ne sont jamais montés sur scène et n’ont jamais dansé travaillent pendant presque un an sur Kontakthof, le célèbre pièce de Pina Bausch. Le film montre les séances de répétition sous la direction Jo Ann Endicott et Bénédicte Billiet avec, parfois, les précieux conseils de Pina Bausch. Mais surtout, il fait tomber un certain nombre de préjugés sur la danse et montre tout ce que cette aventure humaine a apporté sur le plan personnel à chacun des jeunes de la troupe.

Je n’y connais absolument rien à la danse et j’ai vraiment été émue par ce film. Voir ces adolescents se surpasser et s’investir dans quelque chose pour lequel ils ne semblent pas destinés au départ, c’est magnifique. Comme eux, j’ai participé à quelques aventures humaines dans le domaine du sport et j’en suis ressortie plus forte. C’est sans doute pour cela que ce film m’a autant touchée…

%d blogueurs aiment cette page :