Millénium 4 – David Lagercrantz – Lu par Emmanuel Dekoninck

La revue Millénium ne rapporte plus assez d’argent. Comme tous ses concurrents de la presse écrite, elle n’a plus autant de succès qu’avant. Le journaliste d’investigation Mickael Blomkvist n’a aucun sujet en vue suffisamment intéressant pour doper les ventes et l’actionnaire majoritaire exerce de nombreuses pressions sur l’équipe.

Il rencontre un homme qui lui parle d’une histoire d’espionnage en haut lieu dans laquelle le professeur Franz Blader a fait appel à une hackeuse punk. Mickael comprend tout de suite que cette jeune femme est son amie Lisbeth Salander dont il n’a plus de nouvelles depuis pas mal de temps. Il se montre plus attentif à ce que l’homme lui explique. Lisbeth ne prend jamais de risque au hasard, la justice est son leitmotiv.

Chercheur de génie dans le domaine des mathématiques et de l’intelligence artificielle, Balder vient de quitter brusquement les États-Unis pour récupèrer son fils autiste dont il n’a pas la garde et se terrer chez lui. Il semble détenir des informations explosives qui mettraient en cause les services de renseignements américains et appelle Mickael Blomkvist en pleine nuit pour le rencontrer.

Dès les premières pages, la tension est palpable. Si Mickael semble fatigué et Lisbeth présente seulement de manière indirecte, par ce qu’on dit d’elle, le professeur, lui, est à bout de nerfs et se sent traqué. Quel secret détient-il ? Qui est concerné par les informations qu’il a en sa possession ? Pourquoi Lisbeth Salander est-elle mêlée à cette histoire ?

Après le décès de Stieg Larson il y a quelques années, c’est David Lagercrantz qui a repris la série Millénium, pour le plus grand bonheur des fans. En 2008, j’ai dévoré le premier puis le deuxième tome mais je suis bien incapable de vous dire pourquoi je n’ai jamais lu le troisième. Cela ne m’a pas empêché de comprendre ce quatrième opus sur lequel je suis un peu moins enthousiaste, ce qui ne veut pas dire que je n’ai pas aimé.

Le personnage de Lisbeth est toujours aussi intéressant et complexe. On découvre enfin son passé de manière un peu plus fouillée et elle a un côté assez attachant. Mickael, quant à lui, est fidèle à lui-même. Il ne déroge pas à ses valeurs, sauf quand il s’agit de venir en aide à une Lisbeth en danger de mort. Un nouveau personnage, Auguste Balder, le fils du célèbre professeur, fait son apparition dans ce quatrième tome. C’est un petit garçon porteur de handicap mais doté d’une intelligence hors du commun en ce qui concerne les mathématiques. J’ai beaucoup aimé les passages qui le concernent.

L’intrigue, en revanche m’a parue parfois un peu complexe. Je me suis perdue dans les passages sur l’intelligence artificielle et les mathématiques et j’ai finalement renoncé à comprendre dans les détails. Dans ce cas, lire une version audio est un handicap car il est difficile de revenir en arrière. De plus, les personnages sont nombreux et on s’y perd un peu même si la lecture d’Emmanuel Dekonninck est assez réussie, notamment en ce qui concerne les voix de chacun d’entre eux.

Au final, je suis tout de même contente d’avoir découvert ce Millénium 4 !

L’avis de Sandrine.

LAGERCRANTZ, David, DEKONINCK, Emmanuel, Millénium 4, Audiolib, 2015.

 

%d blogueurs aiment cette page :