Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie – Virginie Grimaldi

Un gros coup de fatigue ? Une baisse de moral ? Rien de mieux qu’un bon roman feel-good pour retrouver le sourire ! La couverture et surtout le titre me faisaient peur mais je me suis laissée convaincre par les avis enthousiastes des copinautes. Et j’ai bien fait ! Continuer la lecture de « Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie – Virginie Grimaldi »

Projet 3èB : Journal de Rose – Catherine Kalengula

Monsieur Goldstein, le prof d’histoire-géographie des Troisièmes B demande à chacun de ses élèves d’écrire un journal racontant son quotidien. L’ensemble de ces journaux est enfermé dans une boîte de métal puis enterré dans la cour du collège. L’objectif de ce projet est de laisser un témoignage pour les générations futures. Dans le premier tome de cette série, le lecteur découvre la vie de Rose, 15 ans. Continuer la lecture de « Projet 3èB : Journal de Rose – Catherine Kalengula »

L’homme de la grue – Eric Sanvoisin

Inspiré d’un fait divers qui s’est déroulé à Nantes il y a quelques temps déjà, ce court roman raconte l’histoire d’un homme qui s’introduit dans un chantier la nuit, s’enferme dans une grue et refuse d’en descendre tant qu’il n’aura pas obtenu le droit de voir sa fille.

Continuer la lecture de « L’homme de la grue – Eric Sanvoisin »

Les filles de Brick Lane 1 : Ambre – Siobhan Curham

Les filles de Brick Lane, ce sont quatre jeunes londoniennes qui n’ont pas grand chose en commun mais forment un club secret dont le but est de vivre libre et de réaliser ses rêves.

Ambre aime les vêtements vintage et les citations d’Oscar Wilde. Elle rêve de se rendre sur la tombe de l’auteur à Paris. C’est elle qui est à l’initiative de ce club. En effet, elle se sent seule au lycée et aimerait bien avoir des amies. Les filles de sa classe se moquent d’elle car elle a deux pères. Ceci n’a jamais été un problème jusqu’ici mais depuis quelques temps, Ambre souffre de la bêtise humaine. De plus, elle se pose des questions sur l’identité de son père biologique.

Continuer la lecture de « Les filles de Brick Lane 1 : Ambre – Siobhan Curham »

Quoi qu’il arrive – Laura Barnett

index

« Petite cause, grande conséquence » chante Bénabar dans sa chanson L’effet papillon [Veuillez excuser cette référence hautement intellectuelle, on fait ce qu’on peut avec ce qu’on a dans la vie]. Une simple crevaison de vélo suite à un écart causé par la présence d’un chien sur son chemin et la vie d’Eva peut prendre de multiples chemins. Continuer la lecture de « Quoi qu’il arrive – Laura Barnett »

que nos vies aient l’air d’un film parfait – Carole Fives

Au début des années 1980, les divorces ne sont pas monnaie courante. Tom et sa soeur en font les frais et se sentent bien isolés face à leur famille et à leurs camarades. Il faut dire que la situation est très compliquée. Leur mère, dépressive et atteinte d’une maladie psychologique, les manipule pour obtenir ce qu’elle souhaite. Et à cette époque là encore plus qu’aujourd’hui, la femme a souvent gain de cause dans les divorces. Le père, lui, subit la situation et ne se rend pas forcément compte de ce que ressentent les enfants.

Devenue adulte, la soeur aînée se sent toujours coupable d’un événement qui s’est déroulé à cette époque là et dont elle n’est pas vraiment responsable. Elle n’arrive pas à tirer un trait sur cette enfance déchirée, cette innocence perdue du jour au lendemain ou presque. Le lecteur découvre son regard mais aussi, dans une moindre mesure, celui du père et de la mère vis à vis de de ce divorce. Le petit frère ne prend la parole que dans les toutes dernières pages. Chacun a sa version des faits. Chacun a son propre ressenti. L’auteur se garde bien de juger et entretient une certaine distance avec ses personnages. C’est donc au lecteur de se faire sa propre vision de la situation.

Un roman court et concis auquel on ne peut rester insensible.

Extraits :

« Un père, normalement, c’est fort, ça repousse les méchants et les extraterrestres. Pas le tien. Lorsqu’il te déposera sur une aire d’autoroute ou à une station de gare, tu lui en voudras. Tu devrais l’insulter, te révolter, mais tu ne pourras rien face à ses larmes, tu as hérité d’un père larmoyant, et toute ta vie tu céderas devant elles. Et cette colère qui grandit en toi, au fond, tout au fond, qui ne doit faire de mal à personne, surtout, qui ne doit atteindre ni ta mère, si fragile, ni ton père, si triste. Ta colère tu la gardera pour toi, elle ne regardera que toi, débrouille-toi avec elle petit Tom, ta colère, sache qu’elle n’intéresse personne. » p. 97

« Je ne crois pas que je lui aie appris quoi que ce soit. Mais c’est sûrement une erreur de ma part, on apprend plus en montrant l’exemple qu’en disant « Bon, allez, viens, je vais t’expliquer quelque chose maintenant, et surtout regarde bien… ». Non, il faut vivre normalement et ce sont nos enfants qui nous voient faire. C’est l’observation qui les fait grandir. » p. 98-99

Clara, Bauchette, Leiloona, Lucie, Pierre et Cathulu sont enthousiastes. Antigone et Gwenaëlle le sont moins.

FIVES, Carole, que nos vies aient l’air d’un film parfait, Le passage, 2012.

7/7

Une affaire conjugale – Eliette Abécassis

Mariés depuis huit-ans, Agathe et Jérôme sont les parents de deux jumeaux, Sacha et Max. Entre eux, rien ne va plus depuis longtemps mais jusqu’ici Agathe n’a jamais voulu se séparer pour éviter de briser les rêves de ses enfants. Un jour, elle découvre -grâce au téléphone portable et aux réseaux sociaux sur Internet- que son mari la trompe. Elle ne peut plus supporter d’être méprisée et prise pour une imbécile. Elle décide de demander le divorce. La guerre est déclarée et c’est à partir de ce moment là qu’Agathe découvre qui est véritablement Jérôme.

Pour bien faire les choses, il faudrait divorcer.

Pour paraphraser cette seule et unique phrase inscrite sur la quatrième de couverture, je dirais que :

… pour bien faire les choses, il faudrait retenir de ce roman les références littéraires –Belle du seigneur, par exemple- et surtout musicales –Debout sur le Zinc, Les ogres de Barback ou encore Sanseverino.

… pour bien faire les choses, il faudrait peut-être offrir ce livre à votre meilleur amie ou à votre sœur qui est en train de se séparer de ce gros naze avec qui elle s’est mariée il y a quelques années. Elle se sentira peut être concernée par le sujet, elle.

… pour bien faire les choses, il faudrait éviter de lire ce livre si vous n’avez absolument pas envie de divorcer et que vous pensez que votre cher et tendre n’est pas une belle ordure. Parce que franchement, même si il y a un peu de vrai dans le portrait de Jérôme, la caricature de l’homme est à son apogée.

…pour bien faire les choses, il faudrait lire les 3 dernières lignes de la page 81 -« j’ai rencontré un homme. Je suis tombée amoureuse de lui, nous nous sommes mariés, nous avons eu des enfants. Aujourd’hui, cet homme est devenu mon pire ennemi« – et se dire que cette histoire est malheureusement d’une grande banalité. Elle ne mérite donc peut être pas un roman de 325 pages…

Ce livre a été chroniqué dans le cadre d’un partenariat avec
Chroniquesdelarentreelitteraire.com et Ulike.

ABÉCASSIS, Eliette, Une affaire conjugale, Albin Michel, 2010.

%d blogueurs aiment cette page :