Mon cahier d’activités créatives – Marie Fordacq et Aki

Les vacances ont commencé il y a quelques jours seulement et, avec ce temps peu clément, nous avons privilégié les activités d’intérieur plutôt que la baignade. Par chance, les éditions Tourbillon m’ont envoyé ce cahier d’activités que ma fille a tout de suite adopté. A l’intérieur, on trouve essentiellement du coloriage, des pliages et des découpages. Voici quelques exemples de ce que nous avons fait :

Des dessins aux couleurs agréables à compléter. Vous remarquerez l’utilisation d’une seule et unique couleur, ce qui n’est absolument pas précisé dans la consigne ! Je crois que je vais bientôt faire une overdose de rose.

Avec ces petites guirlandes d’animaux nous avons fait des bracelets, mais nous aurions aussi pu les utiliser pour décorer un dessin, une vitre ou un mur.

Sur cette double page, il faut, à gauche, compléter la tête du chaton Pacha en lui donnant l’air étonné, en colère ou encore heureux. Des modèles sont proposés à l’enfant sur le côté droit de la page. Voilà de quoi apprendre à dessiner des émotions, ce qui n’est pas forcément évident au premier abord. Sur la page de droite, il faut, pour chaque masque, compléter le seconde partie en inversant les couleurs.

Les pétales de cette jolie fleur, une fois pliés et immergés dans l’eau, sont censés s’ouvrir. Cela n’a pas fonctionné mais je pense que nous avons trop appuyé en pliant les pétales. Ma fille a tout de même voulu sécher la fleur pour la garder. C’est vrai qu’elle est jolie !

Découpage, pliage, collage et voici une petite boîte à trésors !

Des bandes de papier colorées à découper, à enrouler autour d’une petit bâton et à coller : ça donne un collier ou un bracelet de perles.

Les activités proposées sont nombreuses (environ 70) et variées. Ma fille a cinq ans et demi et elle est encore jeune pour les réaliser toute seule. Par contre, elle aime beaucoup ce livre et insiste tous les jours pour qu’on l’utilise. Pour ma part, je ne suis pas trop une adepte de ce genre d’activité mais qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour nos chères têtes blondes ? Heureusement, les activités sont assez simples et les explications à la hauteur. De plus, les illustrations et les couleurs sont agréables à regarder. Bref, ce cahier à tout pour plaire !

FORDACQ, Marie, AKI, Mon cahier d’activités créatives, Tourbillon, 2014.

Vilaines colères !

Les colères, personne ne les aime. Ni les parents, ni les enfants. Le Dr Catherine Dolto tente, à travers l’histoire d’un petit garçon qui est régulièrement submergé par ses émotions, de les dédramatiser et de déculpabiliser les enfants. Elle explique que les colères ont lieu quand on n’arrive pas à exprimer ses sentiments avec des mots et que de toute façon, elles finissent toujours par disparaître. Et puis, elles ont aussi des aspects positifs puisqu’elles permettent de mieux se connaître et de dire qu’on n’est pas content.

Le texte est très pédagogique et plaît beaucoup à ma fille qui me le réclame souvent. Parfois, je lui lis même deux ou trois fois de suite ! Ce petit livre lui permet sans doute de comprendre un peu mieux ce qui se passe quand elle est en proie à des grosses crises de colère.

Les illustrations, par contre, ne sont franchement pas terribles. Certes, on peut répliquer qu’elles sont à l’image des colères, pas très belles, mais quand même, il est possible de faire beaucoup mieux !

DOLTO, Catherine, FAURE-POIRÉE, Colline, MANSOT, Frédérick, Les colères, Gallimard jeunesse, 2006.

Ces livres qui font grandir les enfants – Joëlle Turin

Quatrième de couverture :

« Les enfants ont-ils besoin des livres pour grandir ? Oui, mais pas
de n’importe lesquels ! Quand les albums n’infantilisent pas les petits
lecteurs, respectent leur rapport au monde, ne les enferment pas dans un
 » prêt-à-penser  » mais au contraire donnent des clefs pour ouvrir
toutes grandes les portes de leur imagination, alors la lecture devient
une expérience unique qui contribue au développement de la pensée et de
la sensibilité. A travers cinq domaines évocateurs de la vie de l’enfant
: ses jeux, ses peurs, ses grandes questions, ses relations avec les
autres et le monde de ses sentiments, cet essai explore une centaine
d’albums remarquables dans lesquels cette heureuse alchimie opère
. »

Une très jolie première de couverture pour cet excellent livre sur la littérature de jeunesse. Plus d’une centaine d’albums abordant les thèmes du jeu, de la colère, de l’amour, de la peur, de la naissance, de la mort ou encore des joies et des peines sont présentés. Une vraie bible pour les professionnels du livre ou les jeunes parents qui veulent proposer des albums de qualité à leurs enfants et les aider à grandir en se sentant bien dans leur tête.

Pour chaque album, l’auteur explique l’intérêt de l’histoire -tant au niveau du texte que de l’illustration- par rapport au jeune lecteur. Et on s’aperçoit que des œuvres qui paraissent toutes simples peuvent se lire à plusieurs niveaux et susciter de multiples sentiments chez l’enfant.

A lire et à relire !

Le billet d’Emmyne et celui de BelleSahi.

TURIN, Joëlle, Ces livres qui font grandir les enfants, Didier Jeunesse, 2008.

Deux Bibles pour jeunes parents

Quand j’étais enfant, voire même adolescente, ma mère lisait des livres sur le métier de parents du genre Françoise Dolto. Aujourd’hui, je fais de même et je comprends combien ça fait du bien de se rassurer un peu et de dédramatiser. Ce ne sont pas tout à fait les mêmes livres -quoi que…- mais les générations se suivent et se ressemblent !

Ma première « Bible » a été écrite par le pédiatre américain Brazelton. Dans le premier chapitre, on trouve des informations sur les points forts du développement de l’enfant de la naissance jusqu’à 3 ans. ça permet de mieux comprendre ce que vit son petit baby et par conséquent de prendre du recul sur certaines situations. Dans le deuxième chapitre, les principaux problèmes auxquels peuvent être confrontés les parents ainsi que les crises que les enfants traversent sont abordés : pleurs, énurésie, discipline, chantage affectif, hospitalisation, maladie, estime de soi, rivalité entre frères et sœurs, troubles de sommeil, etc. Enfin, dans le troisième chapitre, Brazelton propose quelques réflexions sur le alliés du développement de l’enfant : parents, grands-parents, amis, gardes d’enfants et médecin.

Les exemples et les petits tuyaux pour aider les parents sont nombreux. Je sens que je vais relire plusieurs fois certains chapitres au fil des semaines ou des mois en fonction de mes petits tracas du moment… Et j’achèterai sans doute le tome 2 -pour les enfants de 3 à 6 ans- d’ici quelques temps !

BRAZELTON, T. Berry, Points forts : De la naissance à 3 ans, Le livre de poche, 2009.

Ma deuxième « Bible » n’est pas tout à fait du même niveau que le Brazelton mais n’en reste pas moins intéressante. Le titre, Petits tracas et gros soucis de 1 à 7 ans : Quoi dire, quoi faire ?,en dit long… Les chapitres sont très courts, rapides à lire et facile à consulter. Les  aspects majeurs de la vie quotidienne sont évoqués et des conseils simples à mettre en œuvre sont proposés. Voici les principaux sujets abordés : l’autorité, la discipline, les principes d’éducation, la nourriture, le sommeil, les bobos, la tétine, le doudou, le pouce, la propreté, l’école, les amis, la séparation, l’autonomie, le sens du danger, les relations familiales, le divorce, les familles recomposés, la sexualité, la mort, la maladie, etc.

Le petit plus de ce livre, ce sont les conseils de lecture proposés à la fin de chaque chapitre. Il y en pour tous les âges et aussi pour les parents !

BRUNET, Christine, SARFATI, Anne-Cécile, Petits tracas et gros soucis de 1 à 7 ans : Quoi dire, quoi faire ?, Le livre de poche, 2010.

Akissi Attaque de chats – Abouet et Sapin

Akissi est une jeune ivoirienne pleine de vie prête à toutes les bêtises possibles. Elle organise des séances de Ciné home payantes pour ses copains du quartier avec son frère Fofana en l’absence des parents. Elle décide de s’occuper du bébé des voisins sans leur demander l’autorisation parce qu’elle a abîmé son poupon en tirant dessus et que c’est tout de même mieux d’avoir un vrai bébé ! Elle perd Boubou, son singe de compagnie. Etc.

Dans ce premier tome des aventure d’Akissi, Marguerite Abouet et Mathieu Sapin proposent sept courtes bande dessinées amusantes mettant en scène le quotidien d’une petite fille dans un quartier d’Abidjan. Les historiettes sont toutes inspirées de l’univers graphique de Clément Ourberie dans la série Aya de Yopougon. On retrouve également cette Afrique colorée et joyeuse que Marguerite Abouet sait si bien mettre en scène. Attention cependant, les adultes risque de s’ennuyer un peu : c’est vraiment une BD pour jeunes lecteurs.

L’avis d’Emmyne.

ABOUET, Marguerite, SAPIN, Mathieu, Akissi : Attaque de chats, Gallimard, 2010.

Un drôle de père – Yumi Unita

Daikichi est une jeune trentenaire célibataire qui travaille beaucoup, n’aime pas trop les enfants et ne se sent pas très à l’aise avec les femmes. Le jour de l’inhumation de son grand-père, il découvre que celui-ci avait une fille cachée âgée de six ans dont la mère a disparu. Le problème, c’est que personne dans la famille ne souhaite s’occuper de Rin. Contre toute attente, Daikichi décide de la prendre en charge.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce n’est pas simple de s’improviser papa quand on a l’habitude de ne s’occuper que de soi. Daikichi prend son rôle très au sérieux et se pose beaucoup de questions sur l’éducation de Rin ainsi que sur sa responsabilité vis à vis d’elle. Il souhaite le meilleur pour cet enfant et fait tout pour qu’elle se sente bien dans sa peau.

 

Daikichi a une sensibilité très féminine et je me suis vraiment identifiée à lui. Son personnage évolue tout au long de ce premier tome. Il gagne en maturité et se sent responsable de Rin comme s’il était son père. C’est le plus jeune de la famille mais c’est le seul a avoir accepté de la prendre en charge. S’il se sent un peu dépassé au début et se demande comment il va gérer travail et vie de famille, il découvre néanmoins le bonheur d’avoir un enfant à ses côtés.

Cette histoire pleine de sensibilité est mise en valeur par des dessins très sympathiques. Les expressions des visages des personnages sont notamment remarquables. La mise en page est aérée et le papier de qualité. Bref, c’est un vrai coup de cœur !

UNITA, Yumi, Un drôle de père 1, Éditions Delcourt, 2008.

%d blogueurs aiment cette page :