Wifi Génie – Luc Blanvillain

index

Luc Blanvillain est un auteur jeunesse que j’ai découvert assez récemment et qui plaît aux élèves de mon collège. C’est donc les yeux fermés que j’ai acheté Wifi Génie quand une représentante me l’a proposé. La déception a été d’autant plus grande. Continuer la lecture de « Wifi Génie – Luc Blanvillain »

Toile d’@raignée – Calouan

Les risques liés à l’Internet, voilà un sujet sur lequel il est important de dialoguer avec les adolescents et dont on ne parle pas assez malgré les efforts faits en ce sens ces dernières années. Aujourd’hui encore, une collègue me parlait d’une élève de 6ème qui tchatait avec un jeune homme de 17 ans sur je ne sais quel réseau social et qui ne voyait pas où était le problème.

Toile d’@raignée met en scène Sancie, une jeune fille de treize ans qui vit avec ses parents et sa soeur dans une famille tout à fait ordinaire. L’adolescente est passionnée par une série télévisée, collectionne les disques d’une chanteuse à la mode et aime passer du temps avec ses amies.

Un jour, elle fait par hasard la connaissance d’une jeune homme plus âgé qu’elle sur Internet. Elle en a marre que son entourage la considère comme une gamine alors, pour paraître plus vieille et donc plus mature, elle ment sur son âge.

Petit à petit, Sancie se lie d’amitié avec ce jeune homme et se confie à lui en toute sincérité sans l’avoir jamais rencontré. Elle lui parle de ses disputes avec ses parents ou sa soeur, d’une garçon qu’elle voit chez le disquaire de temps en temps et qui l’attire, de ses doutes d’adolescente par rapport à l’amour et à la vie en général.

Le jour où elle décide d’accepter une rencontre, rien ne se passe comme prévu…

Si j’ai trouvé le dénouement un peu « too much » , il reste néanmoins tout à fait vraisemblable et Toile d’@raignée fait partie de ces livres à travers lesquels les collégiens peuvent tout à fait s’identifier. Les sentiments de Sancie, sa vie de tous les jours et ses maux d’ados sont dépeints avec brio.

Le roman a également le mérite de traiter d’un sujet important, celui des risques liés à l’Internet. L’adolescence étant un âge où l’on se sent immortel et où l’on a tendance à faire peu de cas des paroles de l’adulte, je ne suis pas persuadée que sa lecture suffira à elle seule à la prise de conscience mais cela peut être un bon point de départ pour amorcer le dialogue. A lire et à faire lire donc.

CALOUAN, Toile d’@raignée, Rémanence, 2014.

Facebook, LE sujet à la mode

Quatrième de couverture :
« Facebook, Myspace, Skyblogs,
Twitter… Les réseaux sociaux ont conquis la France à une vitesse
record. Deux internautes sur trois s’y connectent régulièrement, alors
que ces sites étaient encore inconnus il y a deux ans. Pas une semaine
sans que les médias ne se fassent l’écho de ce succès… ou n’en
rapportent les dérapages. Car par leur nature même, les réseaux sociaux
mettent à mal la notion de vie privée.

Risques
pour les mineurs, escroqueries, usurpations d’identité, utilisation
commerciale de données privées… Olivier Levard et Delphine Soulas
révèlent les dessous de Facebook et des autres réseaux. Comment ces
sites ont-ils organisés leur ascension ? Qu’est-ce qui pousse les
internautes à s’y mettre à nu au vu de tous ? Quels sont les risques de
cette nouvelle transparence ? Comment Facebook et Myspace gagnent-ils de
l’argent en vendant les profils des internautes ?

En
interrogeant sociologues, avocats, policiers, psychanalystes, et bien
sûr les dirigeants de ces sites ainsi que ceux qui en ont été victimes,
les auteurs nous dévoilent la face cachée des réseaux sociaux.
« 

Facebook, tout le monde en parle… C’est devenu un outil de communication incontournable, surtout pour les jeunes générations. Personnellement, je n’ai pas créé mon profil. Par manque de temps mais pas seulement ! Quand j’étais étudiante, j’étais tout le temps connectée à MSN Messenger et très vite, j’en ai eu marre. Raconter à ses amis sa vie au jour le jour (voire même minute par minute !), guetter ce que l’autre fait ou a fait, être dérangé sans arrêt quand on est devant l’ordinateur : tout ça va bien un temps mais ce n’est pas sans inconvénients. Alors, forcément, je me sens un peu vieux dinosaure quand on me vente les mérites de Facebook et que j’explique que je n’ai pas envie de m’y inscrire.

Il n’empêche que le sujet m’intéresse et que j’ai des élèves à former, notamment aux risques de l’Internet. Alors, j’avoue, je vais y faire un petit tour de temps en temps car ma mère m’a donné son mot de passe (et oui, c’est le monde à l’envers chez nous !). Au moins, je sais comment ça fonctionne dans les grandes lignes et je peux avoir des discussions argumentées avec mes chères têtes blondes. Je lis aussi pas mal d’articles dans la presse sur Internet et les réseaux sociaux. En lisant Facebook, mes amis, mes amours…, des emmerdes !, je me suis aperçue que j’en connaissais finalement pas mal sur le sujet. Mis à part quelques détails, je n’ai pas appris grand chose de nouveau. Par contre, je pense qu’il peut être intéressant pour les novices et pour les lycéens qui utilisent Facebook à longueur de journées sans avoir aucun recul sur l’outil. L’esprit critique, c’est indispensable au sujet des réseaux sociaux, de  l’Internet mais surtout de tout ce qui fait la vie !

Merci à Faelys pour le prêt.

LEVARD, Olivier, SOULAS, Delphine, Facebook, mes amis, mes amours… des emmerdes !, Michalon, 2010.

Quand souffle le vent du nord – Daniel Glattauer

Un mail envoyé par erreur à la mauvaise adresse et c’est le début d’un dialogue puis d’une histoire d’amour où les deux protagonistes – Emmi et Léo- ne sont jamais vus et se sont parlés uniquement par le biais de la messagerie électronique. Car il est clair que très vite, ils tombent amoureux l’un de l’autre ou plutôt de l’image qu’ils se font de l’autre à travers ces nombreux messages quotidiens, tous plus piquants et savoureux les uns que les autres. Emmi est mariée et son mari est papa de deux enfants. Léo se remet d’un chagrin d’amour très compliqué. Qu’adviendra t-il de leur histoire ?

Mon résumé est très court aujourd’hui car ce roman a déjà fait l’objet de nombreuses critiques et je ne veux pas répéter ce qui a été dit de multiples fois. J’ai dévoré ces 350 pages mais une journée après avoir terminé, je me dis qu’il ne va bientôt plus m’en rester grand chose malgrè les quelques réflexions intéressantes sur les relations virtuelles. Je trouve Léo beaucoup plus courageux et beaucoup plus lucide qu’Emmi sur la situation qu’ils sont en train de vivre. Disons qu’il s’emporte à certains moments mais qu’il reste globalement les pieds sur terre, ce qui n’est pas le cas de la jeune femme, surtout à la fin.

On ne s’ennuie jamais tant les rebondissements sont multiples. Je me demandais comment cette histoire allait se terminer et je n’ai pas pu m’empêcher de lire la fin alors que j’en étais seulement au milieu.

A lire donc, même si on risque de l’oublier très vite !

Un grand merci à Leiloona qui fait voyager ce livre. Son billet est beaucoup plus détaillé que le mien. N’hésitez pas à le lire si vous n’avez pas encore entendu parler de Quand souffle le vent du nord.

GLATTAUER, Daniel, Quand souffle le vent du nord, Grasset, 2010.

%d blogueurs aiment cette page :