Les beaux jours – Marion Vernoux

Caroline (Fanny Ardant) vient de prendre sa retraite après avoir exercé pendant des années le métier de dentiste. Ses filles lui ont offert un abonnement dans un club de retraités. Pour faire plaisir à toute la famille, elle se rend à quelques cours mais la poterie, le théâtre et l’informatique, ce n’est pas franchement son truc. Et les petits malheurs des uns et des autres encore moins !

C’est dans ce club que Caroline fait la connaissance de Julien (Laurent Lafitte), un animateur beaucoup plus jeune qu’elle. Il pourrait même être son fils. Caroline revit. Cette histoire d’amour à priori sans lendemain la bouleverse plus qu’elle ne le pense.

Réflexion sur le couple, le temps qui passe, la vie tout simplement. Les beaux jours est un film qu’on regarde avec le sourire aux lèvres et qui donne envie de croquer la vie à pleines dents.

Fanny Ardant joue le rôle d’une femme équilibrée et bien dans sa peau qui tombe amoureuse d’un homme à femmes. Laurent Lafitte, interprète un homme qui, bien que coureur de jupons, semble sincère. La relation entre les deux amants est compliquée mais le film ne tombe pas dans le travers du pathos ou de la tragédie, même quand le mari de Caroline (Patrick Chenais) découvre qu’il est cocu.

Une jolie parenthèse, une bulle de légerté et un message tout en douceur sur le temps qui passe, voilà ce que nous offre Les beaux jours.

%d blogueurs aiment cette page :