L’Iliade et l’Odyssée – Soledad Bravi – d’après Homère

L’adapatation de classiques de la littérature en bandes dessinées est à la mode ces derniers temps. C’est un bon moyen de découvrir ou de redécouvrir certaines oeuvres. Pour les plus jeunes lecteurs, c’est aussi un premier pas vers des oeuvres parfois complexes.

L’adaptation de L’iliade et l »Odyssée d’Homère réalisée par Soledad Bravi a été publiée dans le magazine Elle sous forme de planches au cours des étés 2013 et 2014.

La publication dans un magazine de presse fémimnine impose un certain nombre de contraintes. L’auteur va donc droit au but et le format est bref. Les étapes essentielles de l’oeuvre homérique sont bien là mais des choix ont forcément été effectués.

De plus, il manque le souffle épique qui fait toute la saveur du poème original. Certains diront sans doute au contraire que son aspect barbant a été retiré !

Le ton est très (trop ?) léger et l’humour omniprésent. On voit bien qu’il s’agit là d’une oeuvre intemporelle qui, comme le dit très justement la quatrième de couverture, n’a pas pris une ride. Ceci est renforcé par les illustrations modernes et minimalistes de Soledad Bravi.

Pour être honnête, j’ai été moyennement convaincue par cette adaptation. En tant qu’adulte, je la trouve trop superficielle. Je la recommanderai tout de même à mes élèves qui étudient cette oeuvre en sixième et à tous les non initiés. C’est un bon moyen pour dépoussiérer un classique de la littérature et faire fonctionner ses zygomatiques.

BRAVI, Soledad, L’Iliade et l’Odyssée, Rue de Sèvres, 2015.

Si vous voulez découvrir d’autres bandes dessinées publiées chez Rue de Sèvres, allez faire un petit tout chez Stephie de Mille et une frasques. Elle organise un coup de projecteur sur cette maison d’édition cette semaine.

Ulysse : Les chants du retour – Jean Harambat

Un rapide coup d’oeil sur le présentoir des nouveautés de la médiathèque et j’emprunte ce livre sans même le feuilleter. L’iliade et L’Odyssée d’Homère font partie du programme de français de sixième et je suis toujours à la recherche de nouvelles ressources sympas pour mes élèves. Cette fois-ci, c’est une mauvaise pioche pour eux mais pas pour moi ! En effet, cette adaptation en bande dessinée des poèmes homériques, destinée aux adultes, est une vraie pépite.

Ulysse, roi d’Ithaque, permet aux siens de gagner la guerre que se livrent les Achéens et les habitants de Troie depuis des années et des années grâce à la ruse désormais célèbre du cheval de Troie. De nombreux obstacles rendent son retour à Ithaque long et éprouvant. Sa femme Pénélope et son fils Télémaque désespèrent de le voir revenir un jour. Ce n’est qu’au bout de dix ans qu’il met enfin le pied sur l’île. C’est à partir de ce moment là que commence la bande dessinée de Jean Harambat.

Très fidèle au texte d’origine, elle permet au lecteur de découvrir un Ulysse qui ne reconnaît plus son île. Vieilli et déguisé en mendiant, les siens ne le reconnaissent pas non plus. Le roi d’Ithaque va donc devoir encore une fois surmonter des obstacles avant de retrouver sa place.

Les dessins à l’aquarelle sont fidèles à la dimenson épique du texte et aux émotions du héros. Le style est dépouillé. Les couleurs sombres, les visages anguleux, les regards durs montrent à quel point le retour est difficile pour Ulysse. La nature est agréablement mise en valeur, calme, apaisante.

L’oeuvre de Jean Harambat est passionnante mais son originalité réside dans les passages qui laissent la parole à des spécialistes d’Homère, des penseurs ou de simples anonymes. Ces pauses dans le récit permettent de prendre du recul sur l’oeuvre, de la replacer dans le contexte et de mieux comprendre sa portée universelle. On referme le livre grandi et avec l’envie de se plonger dans le texte intégral !

HARAMBAT, Jean, Ulysse : Les chants du retour, Actes Sud BD, 2015.

%d blogueurs aiment cette page :