La bibliothécaire – Gudule – lu par Thomas Solivéres

Je poursuis ma découverte du catalogue de la nouvelle collection jeunesse d’Audiolib, éditeur de livres audio, avec un roman qui est désormais un classique de la littérature de jeunesse. Continuer la lecture de « La bibliothécaire – Gudule – lu par Thomas Solivéres »

L’écrivain : Entretien avec Sorj Chalandon par Jean-Luc Hees

Sorj Chalandon est un écrivain que j’affectionne tout particulièrement. Cet entretien proposé par les éditions Audiolib permet d’en savoir plus sur son travail d’écriture et la genèse de ses romans.

Continuer la lecture de « L’écrivain : Entretien avec Sorj Chalandon par Jean-Luc Hees »

Le premier miracle – Gilles Legardinier – Lu par David Manet

Lire un livre de Gilles Legardinier, c’est s’accorder du bon temps avec la garantie de ne pas se prendre la tête. Le premier miracle, pourtant différent des comédies sentimentales dont l’auteur nous régale habituellement, ne fait pas exception.

Continuer la lecture de « Le premier miracle – Gilles Legardinier – Lu par David Manet »

L’élégance des veuves – Alice Ferney – Lu par Dominique Reymond

9782367621128-001-xDans une famille bourgeoise, au début du XXème siècle, les mariages, les naissances et les décès se succèdent au fil des ans. Le destin des femmes, lui, semble immuable. Vouées à se marier sans qu’on leur demande forcément leur avis puis à enfanter,  elles se transmettent de manière inconsciente le renoncement et la foi dans le recommencement éternel du cycle de la vie. Alice Ferney leur rend, à travers son roman, un bien bel hommage.

Continuer la lecture de « L’élégance des veuves – Alice Ferney – Lu par Dominique Reymond »

Envoyée spéciale – Jean Echenoz – Lu par Dominique Pinon

indexLe général Bourgeaud cherche une femme capable d’accomplir une mission bien particulière en Corée du Nord. Ses hommes de main enlèvent Constance, une jeune bourgeoise âgée d’une trentaine d’années qui semble avoir le profil type. L’enlèvement est organisé en plein cœur de Paris par trois hommes qui se révèlent plutôt courtois avec la jeune femme. Séquestrée dans la Creuse, Constance ne semble pas très inquiète. Son mari, qui reçoit une demande de rançon, ne l’est pas plus qu’elle. Quant à ses ravisseurs, ils ne remplissent pas tout à fait leur rôle comme il le devrait.

Continuer la lecture de « Envoyée spéciale – Jean Echenoz – Lu par Dominique Pinon »

Si c’est un homme – Primo Lévi – Lu par Raphaël Enthoven

LEVI

On ne peut sortir indemne de la lecture de Si c’est un homme. Découvert en 2009, ce témoignage écrit deux ans après son retour d’Auschwitz par Primo Lévi, m’avait marquée par la finesse de l’analyse des comportements humains.

Continuer la lecture de « Si c’est un homme – Primo Lévi – Lu par Raphaël Enthoven »

L’assassin qui revait d’une place au paradis – Jonas Jonasson – Lu par Féodor Atkine

Couv_Assassin place paradis-b-stiker

Après un séjour de plusieurs dizaines d’années en prison, Dédé le meurtrier décide de reprendre du service. Il s’installe dans un ancien lupanar transformé en pension et casse des bras de temps en temps pour gagner de l’argent. Continuer la lecture de « L’assassin qui revait d’une place au paradis – Jonas Jonasson – Lu par Féodor Atkine »

D’après une histoire vraie – Delphine de Vigan – Lu par Marianne Epin

J’ai eu un vrai coup de coeur pour la version papier de D’après une histoire vraie en octobre dernier. Quand j’ai su qu’il faisait partie de la sélection du prix audiolib auquel je participe pour la 3ème année consécutive et que la lectrice était Marianne Epin, j’étais vraiment heureuse d’avoir l’occasion de le relire.

Pour l’intrigue, je vous renvoie à mon billet de l’époque. Marianne Epin qui lit également Rien ne s’oppose à la nuit, du même auteur, est une lectrice de talent. Elle sait donner vie à la narratrice. J’ai d’ailleurs été surprise d’entendre la vraie voix de Delphine de Vigan dans l’entretien qui se trouve à la fin du livre.

Cette relecture m’a permis de me concentrer sur des aspects du roman auxquels je n’avais pas forcément prêté attention la première fois. Ainsi, je me suis aperçue que L., la femme que rencontre la narratrice et qui a une emprise très importante sur sa vie, n’était pas une initiale de prénom choisie au hasard. L. c’est aussi Elle (le double de l’auteur ?), et à l’oral, c’est vraiment flagrant.

J’ai beaucoup apprécié l’entretien avec l’auteur. J’aurais même aimé qu’il soit un peu plus long. On n’en trouve pas dans tous les livres audios mais quand il y en a, c’est un vrai plus. Cela permet de prendre du recul sur l’oeuvre et de la remettre en perspective.

DE VIGAN, Delphine, EPIN, Marianne, D’après une histoire vraie, Audiolib, 2015.

Les meilleur des mondes – Aldous Huxley – Lu par Thibault de Montalembert

Le meilleur des mondes plonge le lecteur dans un univers où l’on compte les années depuis l’invention de la voiture à moteur. Nous sommes donc en 632 après Ford. La bokanovsification permet de contrôler les naissances, de sélectionner les embryons, de les classer selon des castes. Le meilleur des mondes est très hiérarchisé. Chacun a une place bien définie et il n’est pas question de déroger aux règles établies ou d’avoir ses propres sentiments.

Les êtres humains sont conditionnés dès leur plus jeune âge et n’ont plus aucun libre arbitre. Pendant le sommeil des bébés, des phrases enregistrées passent en boucle. On incite très tôt les enfants à avoir une sexualité et posséder un seul partenaire n’est pas du tout bien vu. Un être humain sain d’esprit enchaîne les liaisons sans se poser de question et ne doit surtout pas avoir d’enfant. 

Pendant leurs vacances, Bernard et Lénina, un couple de la caste des Alphas appartenant à l’élite de la société, rencontrent un sauvage c’est-à-dire un homme né de l’union d’un homme et d’une femme et ayant des sentiments et des émotions. Dès lors, leur vie et celle du monde civilisé auquel ils appartiennent va changer.

Le meilleur des mondes est un livre visionnaire -il a été écrit il y a plus de quatre-vingts ans- qui propose une réflexion pertinente sur le clonage, la liberté et le bonheur. Pourtant, je n’ai pas réussi à m’y intéresser. Dès le départ, la voix de Thibault de Montalembert et le texte d’Aldous Huxley n’ont pas retenu mon attention. J’ai failli abandonner une première fois puis, j’ai décidé de poursuivre un peu quand le personnage de Bernard fait son entrée en scène. J’ai finalement abandonné quand il rentre de vacances avec Lénina c’est-à-dire aux deux tiers du roman environ.

Je ne suis pas une grande fan de science fiction, ceci explique sans doute en partie mon ressenti. De plus, le monde décrit dans le roman fait froid dans le dos, les personnages n’ont absolument rien d’attachant et aucune note d’espoir ne se dégage du texte. A mon grand regret, c’est un rendez-vous râté avec ce classique de la littérature ! 

Les avis de Leiloona et de Sandrine.

HUXLEY, Aldous, DE MONTALEMBERT, Thibault, Le meilleur des mondes, Audiolib, .

Eldorado – Laurent Gaudé – Lu par Pierre-François Garel

Le commandant Piracci navigue depuis vingt ans le long des côtes italiennes. Son travail consiste à intercepter les clandestins qui tentent de rejoindre l’Europe à bord de bateaux.

Dans les ruelles de Catane, il sent une présence. Une femme le suit. Il l’invite à entrer chez lui. Cette femme est une migrante qui se trouvait sur un bateau que le commandant Piracci a intercepté quelques temps plus tôt. Elle lui raconte ce qu’elle a vécu depuis son départ de Libye et lui explique les raisons de sa présence auprès de lui. Dès lors, le commandant Piracci n’est plus le même. Une faille s’est ouverte en lui. Il doute et ne supporte plus de faire ce travail.

Dans le même temps, au Soudan, deux frères s’apprêtent à laisser leur mère et à partir pour l’Europe. Très vite, Soleiman se voit confier la lourde tâche de continuer seul vers l’Eldorado : Jamal, malade, est dans l’incapacité de le suivre. Aprés s’être fait battre et pillé de tous ses biens, il croise le chemin de Boubakar, un boiteux et poursuit la route à ses côtés.

Ce récit pourrait ressembler à ceux qu’on entend trop souvent dans les médias depuis de nombreuses années. Mais tout le talent de Laurent Gaudé consiste à incarner la réalité en donnant une âme à ses personnages. Soleiman a des rêves et des raisons de faire route vers l’Eldorado. Rien ni personne ne pourra l’arrêter. Le commandant Piracci poursuit lui aussi sa destinée. Il est en quête d’un sens à sa vie.

A travers ces deux personnages principaux mais aussi toute une galerie de personnages secondaires, Laurent Gaudé montre l’âme humaine dans ce qu’elle a de plus terrible et de plus beau. Le roman prend parfois des allures de fable, de conte. Un souffle épique emporte le lecteur malgré la dureté des sujets abordés.

Il est bien entendu question d’imigration clandestine mais aussi de la séparation de deux frères, des raisons profondes qui nous poussent à avancer dans la vie, du regard que l’on porte sur l’autre et sans doute de bien d’autres choses encore.

L’interprétation de Pierre-François Garel est magnifique. Elle donne vie aux personnages. Le texte de Laurent Gaudé est tellement profond que j’aurais presque envie de le relire en version papier pour m’attarder sur certains passages et réfléchir aux multiples lectures possibles. Un vrai coup de coeur !

GAUDE, Laurent, GAREL, Pierre-François, Eldorado, Thélème, 2013.

%d blogueurs aiment cette page :