Quartes sœurs 3 : Bettina – Cati Baur – D’après le roman de Malika Ferdjoukh

quatre soeurs bettina ferdjoukh baur

J’ai dévoré le premier et le deuxième tome de Quatre sœurs et c’est avec beaucoup de bonheur que je me suis plongée dans ce troisième opus de la vie des sœurs Verdelaine.

Continuer la lecture de « Quartes sœurs 3 : Bettina – Cati Baur – D’après le roman de Malika Ferdjoukh »

Quatre soeurs 2 : Hortense – Malika Ferdjoukh et Cati Baur

J’ai découvert le premier tome des Quatre soeurs il y a trois mois et j’ai tellement aimé que j’ai sauté sur la première occasion pour lire la suite.

Cette fois-ci, c’est Hortense, 11 ans, qui est l’héroïne éponyme. Timide, réservée, elle aimerait parfois être fille unique pour ne pas avoir à subir les moqueries de Bettina par exemple. Agée de trois ans de plus qu’elle, cette dernière n’a rien trouvé de mieux que de l’humilier au sujet des garçons à l’aide d’un test trouvé dans un magazine pour ados. Les parents Verdelaine étant décédés dans un accident de voiture, Geneviève, 16 ans, prend la défense de sa soeur Hortense.

Muguette, une jeune fille malade venue passer quelques jours de repos dans la région, incite Hortense à prendre des cours de théâtre. L’adolescente est paralysée par le trac à chaque fois qu’elle monte sur scène mais le théâtre devient pour elle une vraie passion qui l’aide à se sentir mieux dans sa peau.

Bettina, elle, tombe amoureuse du livreur de surgelés. Le problème, c’est qu’elle le trouve vraiment moche et qu’elle a honte vis à vis de ses copines. Du coup, elle lui dit les pires atrocités et se moque de lui en public. Pas certain que ce soit la meilleure façon de procéder quand on veut conquérir le coeur de quelqu’un !

Geneviève, quand à elle, se défoule à la boxe. C’est son jardin secret alors elle invente des heures de baby-sitting pour que ses soeurs ne soient pas au courant.

Charlie, comme Enid, est un peu moins présente dans ce deuxième tome. Elle gère toujours la maison du mieux qu’elle peut. Elle aimerait bien pouvoir s’acheter un nouveau manteau mais elle n’en a pas les moyens. Heureusement, Basile, son amoureux, ne s’attarde pas sur son apparence vestimentaire.

Comme dans le premier tome, on ne s’ennuie pas un seul instant. Les soeurs Verdelaine n’ont pas une vie facile puisqu’elle doivent se débrouiller seules pour vivre et que la plus âgée d’entre elles n’a que 23 ans. Pour autant, elles ne se laissent pas abattre et sont pleine de vitalité. L’humour est omniprésent et les personnages sont émouvants. Vivement le troisième opus !

FERDJOUKH, Malika, BAUR, Cati, Quatre soeurs 2 : Hortense, Rue de Sèvres, 2014.

Quatre soeurs 1 : Enid – Malika Ferdjoukh et Cati Baur

Alors que le deuxième tome de Quatre soeurs vient de sortir il y a quelques semaines, je découvre enfin Enid, le premier.

Les quatre soeurs Verdelaine sont en réalité cinq. Elles ont perdu leurs parents dans un accident de voiture et vivent seules à la Vill’ Hervé, la grande villa familiale qui prend parfois des allures de maison hantée les nuits de tempête. Enid, héroïne éponyme de ce premier tome, est une gourmande. Elle ne sait pas s’arrêter de manger quand il y a du cake aux noix pour le goûter. Hortense, 11 ans, passe son temps à dévorer des livres où à écrire son journal intime. Charlie, l’aînée de la tribu, a 23 ans. « Elle bricole, cuisine, travaille dans un labo, aime Basile, et prend soin de tout le monde » p. 11. Geneviève, 16 ans, s’occupe de l’intendance pour toute la famille. Enfin, Bettina, 14 ans, passe son temps dans la salle de bain ou avec ses copines et aime bien embêter le monde.

Adaptée du roman de Malika Ferdjoukh, cette bande dessinée met en scène la vie bien remplie de la tribu Verdelaine. Les cinq soeurs s’entraident et sont complices, surtout quand c’est pour se moquer de tante Lucrèce, leur tutrice qui ne s’occupe d’elles que pour les enquiquiner. Elles se chamaillent aussi souvent, comme tous les frères et soeurs ou presque. Leurs parents les aident de temps en temps quand elles sont sur le point de faire une bêtise en faisant quelques apparitions sous le forme de fantômes. Les histoires de coeur et d’amitié sont au coeur de leurs préoccupations. Bref, leur vie ressemble à celle de pas mal de jeunes gens de leur âge sauf qu’elles doivent se gérer seules et qu’elles sont encore un peu jeunes pour cela.

Si vous ne l’avez pas encore lue, je vous conseille vivement cette bande dessinée dans laquelle on ne s’ennuie pas un seul instant. Les soeurs Verdelaine sont un peu déjantées mais ne manquent pas d’humour. Les dessins de Cati Baur sont vraiment réussis. J’ai beaucoup aimé le physique des cinq soeurs et notamment les expressions des visages. Son coup de crayon restitue à merveille toutes les aventures qu’elles vivent. Maintenant, je n’ai plus qu’une envie : découvrir le roman.

FERDJOUKH, Malika, BAUR, Cati, Quatre soeurs 1 : Enid, Delcourt, 2011.

Chaque soir à 11 heures – Malika Ferdjoukh

Willa et Iago sortent ensemble depuis quelques temps. Lors d’une soirée organisée par Fran, la soeur de Iago, le jeune homme a un comportement inhabituel. Au lieu de profiter de ses copains, il s’isole complétement. Quand Willa finit par le retrouver, seul dans l’appartement familial, replié sur lui-même dans le sofa, il lui demande de le laisser. La semaine suivante, il est absent du lycée et refuse qu’elle vienne le voir. Willa ne comprend pas pourquoi et Iago ne lui donne aucune expliaction digne de ce nom.

Pendant cette fameuse soirée, elle fait la connaissance d’un garçon très étrange, Edern Fils-Alberne. Celui-ci habite dans une grande maison décrépite à Montmartre. Il a perdu ses parents et vit avec sa petite soeur, son frère, sa belle-soeur et du personnel de maison qui travaille dans la famille depuis des années. En venant jouer régulièrement de la musique avec la petite dernière, Willa découvre petit à petit certains des secrets qui hantent les Fils-Alberne et se trouve malgré elle prise dans une histoire qui la dépasse.

Le comportement étrange de Iago et celui, tout aussi bizarroïde, de la famille Fils-Alberne ont-ils un lien ? Vous le saurez en lisant Chaque soir à 11 heures.

J’ai découvert Malika Ferdjoukh avec Sombres citrouilles il y a quelques années et c’est avec beaucoup de bonheur que j’ai retrouvé sa plume et ses histoires un peu déjantées. Ne vous fiez pas à la couverture, ce roman n’est pas uniquement destiné aux jeunes adolescentes en mal d’amour, il est bourré d’humour, de création langagières et de bizarreries. Le suspens est entretenu jusqu’au bout et on tourne les pages les unes après les autres en se demandant comment Willa va se sortir de cette histoire loufoque à laquelle elle est mêlée.

Un roman vraiment sympathique à découvrir sans hésitation !

FERDJOUKH, Malika, Chaque soir à 11 heures, Flammarion, 2011.

%d blogueurs aiment cette page :